TOURNIER MICHEL (1924-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un matériau romanesque : le mythe

Le mythe devient ainsi un pont entre la philosophie et le roman. « Le passage de la métaphysique au roman devait m'être fourni par les mythes », écrit Michel Tournier dans Le Vent Paraclet. Chacun de ses romans ou contes prend donc sa source dans le mythe ou dans des formes de récits qui lui sont apparentées, qu'il s'agisse de prendre pour thème la solitude (Vendredi ou les limbes du Pacifique), la gémellité (Les Météores), les rois mages (Gaspard, Melchior et Balthazar) ou bien encore des figures mythiques comme Jeanne d'Arc et Gilles de Rais (Gilles et Jeanne, 1983). Pour l'auteur, le mythe revêt une dimension intrinsèquement métaphysique : « À un niveau supérieur, le mythe, c'est toute une théorie de la connaissance ; à un étage plus élevé encore, cela devient morale, puis métaphysique, puis ontologie, etc., sans cesser d'être la même histoire » (Le Vent Paraclet). Pour permettre le passage d'un niveau d'interprétation à l'autre, le romancier n'hésite pas à modifier voire à falsifier les sources des mythes. Comme il le note lui-même : « Les grands mythes ne m'intéressent que dans la mesure où ils nous concernent. » Ainsi, dans Gaspard, Melchior et Balthazar, il invente l'existence d'un quatrième mage. Dans Le Coq et la bruyère, il mêle allègrement le mythe biblique de la genèse avec le mythe platonicien de l'androgyne. Dans Vendredi ou les limbes du Pacifique, il va jusqu'à inverser le sens moral et métaphysique du mythe, par exemple, en mettant en valeur le personnage de Vendredi par rapport à celui de Robinson, le civilisé. Au contraire du héros de Daniel Defoe qui retourne vers le monde civilisé, le Robinson de Tournier, qui a découvert le bonheur de la « vie sauvage », décide de rester dans son île. Le mythe est un matériau de base pour une exploration purement romanesque. Dans Gaspard, Melchior et Balthazar, Tournier utilise l'absence de connaissances précises sur les rois mages pour créer de purs personnages de fiction. Ainsi, il prête à Gaspa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOURNIER MICHEL (1924-2016)  » est également traité dans :

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l'Arno à jamais fixée pa […] Lire la suite

LE ROI DES AULNES, Michel Tournier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

Dans Vendredi, ou les Limbes du Pacifique , son premier roman paru en 1967, Michel Tournier avait « réécrit » l'histoire de Robinson Crusoé, donnant au mythe forgé par Daniel Defoe une dimension philosophique et l'ajustant à des interrogations plus contemporaines . Le Roi des aulnes pour sa part, prix Goncourt en 1970, emprunte son titre à l'un des poèmes les plus célèbres de Goethe, immortalisé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric MAGET, « TOURNIER MICHEL - (1924-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-tournier/