TOURNIER MICHEL (1924-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une littérature de l'initiation

Michel Tournier a gardé de ses lectures d'enfance un goût profond pour des auteurs dits « pour enfants ». Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson de Selma Lagerlöf est son livre fétiche. Il ne le quitte jamais depuis son plus jeune âge et il figure en bonne place à côté de l'Éthique de Spinoza. Il voue, de même, une admiration particulière à Charles Perrault et à la comtesse de Ségur, dont il considère notamment La Fortune de Gaspard comme un des romans les plus sombres de la littérature française. Cette prédilection guide ses propres choix d'écriture. Il évalue ses œuvres en fonction inverse de l'âge de ses lecteurs. Pour lui, une œuvre est réussie lorsqu'elle rencontre le succès auprès des plus jeunes. Ainsi, il considère ses contes Pierrot ou les secrets de la nuit (1979) et Amandine ou les deux jardins (1977) comme ses meilleures œuvres. Leur supériorité tient à ses yeux à l'union parfaite qui s'y manifeste entre la hauteur des vues philosophiques exprimées et la simplicité du récit : « J'ai réussi à infuser dans l'histoire la quantité maximale de philosophie, d'ontologie, Bachelard, matière, couleur, solidité, odeur, mécanismes biologiques, et pourtant ça reste une histoire pour enfants. » Il ira jusqu'à réécrire Vendredi ou les limbes du Pacifique, qui devient Vendredi ou la vie sauvage (1977), afin de rendre l'œuvre accessible à tous, avec une volonté affichée de simplicité dans l'écriture. Pourtant, Michel Tournier se défend d'être un auteur pour enfants : « Je n'écris pas pour les enfants, j'écris avec un idéal de brièveté, de limpidité et de proximité du concret. Lorsque je réussis à approcher cet idéal – ce qui est hélas rare – ce que j'écris est si bon que les enfants aussi peuvent me lire. » L'enfant en vient ainsi à représenter pour l'écrivain un idéal esthétique et éthique de l'écriture. Ses choix littéraires ne sont pas guidés par le respec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOURNIER MICHEL (1924-2016)  » est également traité dans :

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-litteraire/#i_80190

LE ROI DES AULNES, Michel Tournier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

Dans Vendredi, ou les Limbes du Pacifique , son premier roman paru en 1967, Michel Tournier avait « réécrit » l'histoire de Robinson Crusoé, donnant au mythe forgé par Daniel Defoe une dimension philosophique et l'ajustant à des interrogations plus contemporaines . Le Roi des aulnes pour sa part, prix Goncourt en 1970, emprunte son titre à l'un des poè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roi-des-aulnes/#i_80190

Pour citer l’article

Frédéric MAGET, « TOURNIER MICHEL - (1924-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-tournier/