TOURNIER MICHEL (1924-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un philosophe de contrebande

L'échec à l'agrégation en 1950 a décidé de la carrière littéraire de Michel Tournier, preuve s'il en est que les échecs peuvent être bénéfiques, et l'a éloigné, du moins en apparence, de l'enseignement. Pourtant l'écrivain n'a pas cessé d'être un philosophe. Dans une interview accordée au magazine Lire au mois d'août 2006, il évoque la genèse de son premier roman : « En 1954, quand fut créée Europe no 1, j'ai été débauché pour faire les publicités. J'écrivais des messages pour vendre des couches-culottes ou des machines à laver. C'était passionnant ! Mais je cultivais mon jardin secret : Platon, Aristote, saint Thomas, Descartes, Spinoza, Leibniz, Kant. Mon idée était de choisir un sujet hautement philosophique et, en même temps, d'écrire une histoire populaire qui intéresse tout le monde. J'ai choisi Robinson Crusoé et ce fut Vendredi ou les limbes du Pacifique. » Pour Michel Tournier, la littérature est un moyen simple d'exposer concrètement des concepts ou des systèmes philosophiques. Il cite souvent à ce propos trois vers de l'écrivain Lanza del Vasto : « Au fond de chaque chose un poisson nage / Poisson de peur que tu n'en sortes nu / Je te jetterai mon manteau d'images », qu'il explique ainsi : « Au fond de chacune de mes histoires, il y a une vérité métaphysique qui nage. Vérité métaphysique, de peur que tu n'en sortes nue, je te jetterai mon manteau de petites histoires de forêts, d'animaux, de chasse, de pêche, de voyages, d'amour, etc. » Ainsi le conte Pierrot et les secrets de la nuit illustre, de l'aveu même de l'auteur, des théories de l'Éthique de Spinoza et notamment l'opposition entre la substance (représentée dans le récit par Pierrot) et l'accident (incarné par Arlequin). L'écrivain se définit dès lors comme un « contrebandier de la philosophie », qui s'efforcera [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOURNIER MICHEL (1924-2016)  » est également traité dans :

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l'Arno à jamais fixée pa […] Lire la suite

LE ROI DES AULNES, Michel Tournier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

Dans Vendredi, ou les Limbes du Pacifique , son premier roman paru en 1967, Michel Tournier avait « réécrit » l'histoire de Robinson Crusoé, donnant au mythe forgé par Daniel Defoe une dimension philosophique et l'ajustant à des interrogations plus contemporaines . Le Roi des aulnes pour sa part, prix Goncourt en 1970, emprunte son titre à l'un des poèmes les plus célèbres de Goethe, immortalisé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric MAGET, « TOURNIER MICHEL - (1924-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-tournier/