GILLES, Pierre Drieu la RochelleFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsqu'en 1937, Drieu la Rochelle (1893-1945) entreprend la rédaction de Gilles, son ambition est de parvenir à un livre-somme qui, par l'ampleur de son propos, l'installe enfin au rang des grands écrivains de son temps, aux côtés d'Aragon, de Malraux ou de Montherlant. Certes, à l'âge de quarante-quatre ans, il a déjà publié une douzaine d'ouvrages de fiction dont L'Homme couvert de femmes (1925), Le Feu follet (1931), Rêveuse Bourgeoisie (1937). Mais ces courts récits ou ces recueils de nouvelles, par leur brièveté, leur inspiration largement autobiographique, lui ont donné l'image d'un auteur un peu dilettante, davantage réputé pour son existence de dandy et de séducteur ou ses positions politiques que par sa puissance d'écriture.

C'est pourquoi, durant deux ans, il se consacre presque exclusivement à ce roman de bientôt 700 pages dont le but est de dresser, à travers l'itinéraire d'un personnage central qui est une image possible de lui-même, une vaste rétrospective de la France intellectuelle et politique de l'entre-deux-guerres, où « toute sa génération se retrouvera de gré ou de force ». Ce retour dans le passé contraint Drieu à opérer une douloureuse plongée en lui-même et à revivre ses drames les plus intimes, toutes les figures féminines de son récit étant imaginées à partir de celles qui ont marqué sa vie, à commencer par sa première femme, Colette Jéramec : « J'ai eu des moments angoissants [...] Pour moi, la littérature ce n'est pas un métier, c'est comme un vice ou un sport mortel. »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  GILLES, Pierre Drieu la Rochelle  » est également traité dans :

DRIEU LA ROCHELLE PIERRE (1893-1945)

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ
  •  • 1 165 mots

Dans le chapitre « Drieu et les femmes »  : […] Outre la littérature, Drieu s'est donné à deux passions : les femmes, la politique. Marié deux fois, deux fois démarié, nouant et dénouant d'incessantes liaisons, « homme couvert de femmes » selon un de ses titres, il savait à quoi s'en tenir sur sa réputation de don Juan, et il est probable qu'elle ne lui a servi qu'à se désoler davantage sur sa fondamentale impuissance à s'attacher un être, quel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-drieu-la-rochelle/#i_27900

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « GILLES, Pierre Drieu la Rochelle - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles/