BLANC MICHEL (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1952, Michel Blanc fait partie de la génération de comédiens formés à l'école du café-théâtre (notamment Coluche, Gérard Jugnot, Patrick Dewaere, Gérard Lanvin, Miou-Miou ou Dominique Lavanant). Il intègre rapidement la fameuse troupe du Splendid (avec Josiane Balasko, Thierry Lhermite, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, Anémone, Martin Lamotte...). Ce petit chauve fragile, tour à tour vindicatif et hypocondriaque, excellant dans les rôles d'ami importun ou de dragueur maladroit, aborde le cinéma au milieu des années 1970 dans des emplois secondaires. Comme au Splendid, il est souvent l'auteur de ses dialogues, voire de scènes entières (chez Lautner, Pires ou Nemes). ,Mais il ne devient populaire qu'à partir de 1978 grâce aux Bronzés et aux quatre films suivants de Patrice Leconte, ce qui lui permet de donner la réplique à Jerry Lewis dans le malheureusement calamiteux Retenez-moi ou je fais un malheur (Michel Gérard, 1983).

Pratiquement en même temps que Gérard Jugnot et Josiane Balasko, Michel Blanc passe à la réalisation : Marche à l'ombre (1984) applique aux aventures picaresques du macho (Gérard Lanvin) et du pleurnichard (Michel Blanc) les recettes apprises chez Leconte (soigner les dialogues et le pittoresque), cela aux dépens de l'approfondissement des personnages. Mais ses premiers rôles en forme d'audacieux tours de force – travesti pitoyable dans Tenue de soirée, Bertrand Blier, 1986, face à Gérard Depardieu ; entièrement nu pendant tout le film dans Une nuit à l'Assemblée nationale, Jean-Pierre Mocky, 1988 – ou bien reprenant le rôle de Michel Simon dans un remake de Panique de Julien Duvivier (Monsieur Hire, Patrice Leconte, 1988) –  le font reconnaître comme un très grand coméd [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Les derniers événements

1er-17 mai 2012 France. Élection de François Hollande à la présidence de la République et nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre

blanc au second tour. Le 2, un débat télévisé oppose Nicolas Sarkozy à François Hollande. L'émission ne remet pas en cause la position de favori occupée par le candidat socialiste dans les sondages depuis le début de la campagne présidentielle. Le 3, le président du MoDem François Bayrou, arrivé en cinquième position au premier tour, dénonce la « […] Lire la suite

15-30 mars 1998 France. Progression de la gauche aux élections régionales et cantonales et division à droite au sujet du Front national

Blanc (D.L.) en Languedoc-Roussillon, Charles Baur (Force démocrate, F.D.) en Picardie et Charles Millon (D.L.) en Rhône-Alpes – sont élus présidents de région avec les voix du F.N. François Léotard, président de l'U.D.F., décide leur suspension de la confédération libérale. Tandis que François Bayrou, président de Force démocrate, approuve les sanctions […] Lire la suite

12-15 mai 1995 France. Démission du P.-D.G. d'Air Inter

Michel Bernard est le troisième P.-D.G. d'Air Inter à démissionner depuis 1990. Le 15, Christian Blanc décide d'assurer la présidence d'Air Inter par intérim et envisage une alternative à son plan.  […] Lire la suite

23 février 1994 France. Publication du Livre blanc sur la Défense

blanc sur la Défense 1994, adopté le 16 en Conseil des ministres, est rendu public. Rédigé par une commission d'experts dirigée par Marceau Long, vice-président du Conseil d'État, ce document a reçu l'accord du président Mitterrand. Il renouvelle l'initiative de Michel Debré qui avait rédigé le premier Livre blanc sur la Défense lorsqu'il était ministre […] Lire la suite

5-31 mai 1988 France. Polémique autour de la libération sanglante des otages d'Ouvéa et recherche de solutions politiques en Nouvelle-Calédonie

Michel Rocard, nouveau Premier ministre, d'Olivier Stirn comme ministre délégué chargé des D.O.M.-T.O.M. est accueillie, de la part du R.P.C.R., par des réactions mitigées mais le F.L.N.K.S. y voit « un geste d'ouverture ». Michel Rocard déclare, le 13, qu'il faut « reprendre les contacts, s'écouter, se respecter ». Le 15, une mission de conciliation […] Lire la suite

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « BLANC MICHEL (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-blanc/