JORDAN MICHAEL (1963- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le basketteur américain Michael Jordan incarne la parfaite adéquation entre sport de compétition, sport-spectacle et sport-business. Malgré un gabarit somme toute modeste pour un basketteur (1,98 m, 98 kg), il savait bousculer des montagnes de muscles infranchissables, se faufiler au milieu de forêts de bras tentaculaires et inextricables, pour planter, souvent à la dernière seconde d'un match décisif, le dunk qui allait offrir la victoire à son équipe. Les gamins du monde entier connaissent son célèbre numéro 23, et tous rêvent de se voir offrir un maillot rouge orné d'une tête de taureau sur le devant et floqué du 23 dans le dos. Mais, au-delà du business et des intérêts multinationaux, Jordan fut toujours un modèle de fair-play, et il pouvait s'investir bénévolement dans une campagne de publicité pour inciter les enfants en difficulté à reprendre le chemin oublié de l'école.

Michael Jordan avec les Chicago Bulls

Photographie : Michael Jordan avec les Chicago Bulls

Sans doute le plus grand basketteur de l'histoire, l'Américain Michael Jordan, avec son célèbre numéro 23, ajoute à un brillant palmarès sportif une renommée mondiale. 

Crédits : Stephen Dunn/ Allsport/ Getty

Afficher

La National Basketball Association (N.B.A.) lui doit beaucoup. À la fin des années 1980, celle-ci, en mal de stars, connaît une crise passagère qui fait chuter les audiences des retransmissions télévisées et met en péril son financement. Michael Jordan va alors initier un renouveau du basket-ball qui, depuis lors, ne s'est jamais démenti : il bouscule les canons de son sport, refuse de se cantonner dans son rôle d'ailier et se mue en meneur de jeu-ailier-arrière polyvalent, ce qui propulsera les Chicago Bulls vers de multiples titres. De son surnom, « His Airness » (qu'on peut maladroitement traduire par « Sa Majesté des airs »), l'équipementier sportif Nike fait une marque déposée : Air Jordan. En conséquence, au faîte de sa gloire, dans les années 1990, les revenus quotidiens de Michael Jordan avoisinent 150 000 euros. En 1995, lorsqu'il annonce son retour sur les parquets, au terme d'une courte retraite de dix-neuf mois, les sociétés qui avaient investi sur son nom augmentent leurs capitalisations boursières de 3,8 milliards de dollars en une semaine.

Michael Jordan fut champion universitaire avec l'équipe de North Carolina (1982) et deux fois champion olympique (1984 et 1992). La parfaite démonstration qu'il réalisa avec ses partenaires de la « Dream Team » des États-Unis lors des jeux Olympiques de Barcelone, en 1992, apporta au basket-ball une popularité qui en fait au xxie siècle l'un des sports les plus suivis, dans le monde entier. Mais Michael Jordan demeure avant tout la star inégalée et inégalable de la N.B.A. Il fut six fois champion de la N.B.A. avec les Chicago Bulls, dix fois meilleur marqueur de la saison, cinq fois élu most valuable player (M.V.P., meilleur joueur) de la saison régulière, six fois désigné M.V.P. des play-offs (phase finale). Il a inscrit 38 279 points en 1 251 matchs de la N.B.A.

L'ascension d'une étoile

Michael Jeffrey Jordan naît le 17 février 1963 à Brooklyn (New York), quatrième des cinq enfants d'une famille modeste. La famille s'installe à Wilmington (Caroline du Nord) quand il est âgé de sept ans. Michael s'essaye au base-ball et au basket-ball avec l'un de ses frères, Larry. Il intègre l'équipe de basket-ball de Laney High School, son collège, dans la banlieue de Wilmington. Les débuts sont difficiles, mais le garçon, travailleur acharné, progresse rapidement. En 1981, quand il quitte le collège, les meilleures universités américaines veulent l'engager. Mais il ne souhaite pas s'éloigner des siens, et rejoint l'université de North Carolina, à Chapel Hill. En 1982, la finale du Championnat de la National Collegiate Athletic Association (N.C.A.A.), le championnat universitaire américain, fait de lui une star. Sous les yeux de 80 millions de téléspectateurs américains, il inscrit le panier qui offre la victoire à son équipe d'un improbable shoot à 5 mètres. La « légende Jordan » est en marche.

Michael Jordan reste encore deux ans à l'université, et se voit sélectionné dans l'équipe des États-Unis pour disputer les jeux Olympiques de Los Angeles, en 1984. La formation américaine gagne tous ses matchs avec près de 30 points d'avance et s'impose en finale face à l'Espagne (96-65). Michael Jordan est la vedette de cette équipe composée de joueurs universitaires, dont certains, tels Patrick Ewing, Chris Mullin ou Alvin Robertson, deviendront aussi des stars de la N.B.A.

Michael Jordan n'a pas terminé son cursus universitaire, mais il est temps pour lui d'intégrer la N.B.A. En 1984, il est recruté par la « franchise » des Chicago Bulls, à l'époque moribonde. Dès 1985, les Chicago Bulls sont en play-offs, et Jordan est élu rookie of the year (meilleur débutant de l'année). Peu à peu, avec l'arrivée du coach Phil Jackson, adepte d'un jeu vif en triangle qui déstabilise les défenses de la N.B.A., et de joueurs talentueux, tels Scottie Pippen, Horace Grant, Bill Cartwright, Will Perdue ou John Paxson, les Chicago Bulls progressent. La consécration vient en 1991. Les Bulls atteignent la finale, qui les oppose aux Los Angeles Lakers. Au-delà d'une confrontation entre deux équipes, il s'agit d'un duel entre deux stars, qui passionne l'Amérique : Michael « Air » Jordan face à Earvin « Magic » Johnson. Le duel tourne rapidement à l'avantage de Jordan et des Chicago Bulls, qui remportent, par quatre victoires à une, un trophée espéré depuis la création de cette franchise, en 1966. En 1992, les Bulls conservent leur titre, en battant, quatre victoires à deux, les Portland Trail Blazers de Clyde Drexler en finale.

Déjà star en son pays, Michael Jordan va devenir une icône planétaire durant l'été de 1992.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Michael Jordan avec les Chicago Bulls

Michael Jordan avec les Chicago Bulls
Crédits : Stephen Dunn/ Allsport/ Getty

photographie

Basket-ball : la Dream Team

Basket-ball : la Dream Team
Crédits : Dimitri Iundt/ Corbis/ VCG/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  JORDAN MICHAEL (1963- )  » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES - La Dream Team, symbole des Jeux professionnels

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 088 mots

Le 16 juillet 1980, Juan Antonio Samaranch accédait à la présidence du C.I.O. Parmi les multiples réformes que le Catalan mit en œuvre, l'une des plus spectaculaires fut d'ouvrir les Jeux aux sportifs professionnels. Dès 1981, lors du congrès de Baden-Baden, il se prononce pour la suppression du mot « amateurisme » de la Charte olympique, proposition qui est adoptée par quatre-vingts voix contre […] Lire la suite

PIPPEN SCOTTIE (1965- )

  • Écrit par 
  • Anthony G. CRAINE, 
  • Universalis
  •  • 654 mots

Basketteur américain. Malgré six titres de champion de la National Basketball Association (N.B.A.), deux médailles d'or olympiques, Scottie Pippen ne fut sans doute pas reconnu, durant sa carrière aux Chicago Bulls, à sa juste valeur : ses prestations furent en effet souvent éclipsées par l'aura de son légendaire équipier, Michael Jordan. Scottie Pippen est né le 25 septembre 1965 à Hamburg, dans […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le basket-ball

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 510 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le basket-ball aux jeux Olympiques »  : […] Même si les professionnels ne furent autorisés à participer aux jeux Olympiques qu'à partir de 1992, les États-Unis, qui alignaient des joueurs universitaires, ont largement dominé les débats, remportant tous les titres de 1936 à 1968. Ils ne durent laisser la médaille d'or à l'Union soviétique en 1972 (50-51) qu'en raison d'une décision discutable des officiels qui, en prolongeant de 3 secondes l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JORDAN MICHAEL (1963- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-jordan/