SAMARANCH JUAN ANTONIO (1920-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme de pouvoir ambitieux, diplomate averti maniant à la perfection le compromis, Juan Antonio Samaranch fut sans doute, après Pierre de Coubertin, le dirigeant le plus influent du mouvement olympique, sur lequel il régna durant vingt et un ans. Néanmoins, il est impossible de dresser son bilan sans évoquer les zones troubles de sa vie, notamment ses sympathies franquistes. La plupart des chantiers qu'il mit en œuvre durant son mandat de président du Comité international olympique (C.I.O.) – renforcer l'unité du mouvement olympique, ouvrir les Jeux aux meilleurs athlètes, y compris aux professionnels, donner une réelle place aux femmes sur les terrains sportif et administratif, lutter contre le dopage – furent des réussites. Mais, pour certains, le « marquis » a vendu les quelques restes de l'héritage du « baron » aux marchands du Temple, sur l'autel de la toute-puissance de l'argent : sous sa présidence, les revenus du C.I.O. furent multiplié par cent !

Juan Antonio Samaranch, 1998

Photographie : Juan Antonio Samaranch, 1998

Juan Antonio Samaranch, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux d'hiver de Nagano, en 1998. Le Catalan devint président du C.I.O. en 1980, juste après les caricaturaux Jeux de Moscou. Il restera en fonction jusqu'en 2001. À ce poste, il va réformer en profondeur le mouvement olympique,... 

Crédits : The Asahi Shimbun/ Getty Images

Afficher

Né le 17 juillet 1920 à Barcelone d'un père qui a fait fortune dans le textile (confection de couvre-lits), Juan Antonio Samaranch se consacre d'abord à l'entreprise familiale, avant de mener de front une carrière de dirigeant sportif et d'homme politique. Ainsi, il intègre le Comité olympique espagnol en 1956 – il en sera le président de 1967 à 1970. Par ailleurs, ce Catalan qui ne cache pas son admiration pour le général Franco devient en 1954 conseiller municipal de Barcelone. C'est le début d'une carrière politique qui le verra secrétaire d'État aux Sports du Caudillo de 1967 à 1970, puis président du Conseil provincial de Catalogne de 1973 à 1977. Après la mort de Franco, il est ambassadeur à Moscou de 1977 à 1980 ; ce fin diplomate noue à ce poste de multiples relations qui lui serviront par la suite à actionner ses réseaux.

Juan Antonio Samaranch intègre le C.I.O. en 1966, devient son responsable du protocole en 1968, puis est membre de la commission exécutive en 1970 et vice-président en 1974. Le 16 juillet 1980, il est élu président du C.I.O., succédant au lord irlandais Michael Morris Killanin. À ce moment, le mouvement olympique est moribond : les Jeux de Moscou se voient boycottés par soixante-deux pays à l'appel du président des États-Unis, Jimmy Carter, et le C.I.O. ne constitue plus qu'une institution sans influence, otage des politiques. Il va profondément le réformer. Dès 1981, lors du congrès de Baden-Baden, le C.I.O., jusque-là très misogyne, coopte deux femmes ; lors de ce même congrès, Samaranch se prononce pour la suppression du mot « amateurisme » de la Charte olympique et relance l'idée de la création d'un Musée olympique, lequel ouvrira ses portes à Lausanne le 23 juin 1993. Si Samaranch ne peut éviter le boycottage des Jeux de Los Angeles en 1984 par l'Union soviétique et ses satellites, il lance, en 1985, avec son ami Horst Dassler, le programme T.O.P. (The Olympic Partners), qui réunit les sponsors et est destiné à multiplier les revenus financiers des Jeux. Il décide de l'alternance des Jeux d'hiver et d'été à partir de 1994, afin de donner aux premiers une meilleure visibilité et d'en dégager une plus forte rentabilité. En 1992, les Jeux se tiennent à Barcelone, chez lui. Le grand objectif qu'il s'était fixé, redonner au mouvement olympique son unité, est atteint : le temps des boycottages est révolu, et les professionnels participent officiellement aux compétitions. Il devra par la suite s'attaquer à un nouveau fléau : le dopage. Il propose, le 20 août 1998, la création d'une Agence mondiale antidopage, qui deviendra réalité le 10 novembre 1999 et dont le siège se trouve à Lausanne. Lorsqu'il transmet le flambeau à son successeur, le Belge Jacques Rogge, le 16 juillet 2001, le C.I.O. est devenu une entreprise gérée comme une multinationale, un pôle d'influence diplomatique et financier incontournable. Les dernières volontés du « marquis » viennent d'être exaucées : Pékin se voit désignée ville d'accueil des Jeux de 2008 et lui-même reçoit le titre de président d'honneur du C.I.O. à vie, avec le privilège de pouvoir assister aux réunions du comité international, y compris aux réunions du comité exécutif.

Ce bilan est néanmoins terni par deux problèmes majeurs. D'abord, dans son souci de s'attirer les faveurs des fédérations internationales, Samaranch n'a pas su régler le problème du gigantisme des Jeux : durant son mandat, sept sports ont intégré le programme des Jeux d'été, et le nombre d'épreuves a crû de manière déraisonnable (203 épreuves en 1980 à Moscou, 300 épreuves en 2000 à Sydney). Ensuite et surtout, le C.I.O. a été touché de plein fouet par le scandale de la corruption à l'occasion de l'attribution des Jeux d'hiver de 2002 à Salt Lake City, selon les révélations du Suisse Marc Hodler, vice-président du C.I.O., en décembre 1998.

Mais l'achèvement de son mandat ne marque pas la fin de l'« activisme » olympique de Samaranch. Ainsi, en juillet 2005, lors de la cent dix-septième session du C.I.O. tenue à Singapour, il sollicite en sous-main tous ses réseaux pour que Madrid soit désignée ville organisatrice des Jeux d'été de 2012, alors que les dossiers de Londres et de Paris sont beaucoup plus solides. Il s'en faut de peu qu'il réussisse, mais Sebastian Coe, un de ses « élèves », sait aussi se montrer un redoutable lobbyiste, et Londres emporte la mise. Puis, en octobre 2009, il se rend à Copenhague, une nouvelle fois afin de soutenir Madrid, candidate pour les Jeux de 2016, en définitive attribués à Rio de Janeiro.

Le 21 avril 2010, Juan Antonio Samaranch s'éteint à Barcelone, des suites de problèmes cardiaques et respiratoires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  SAMARANCH JUAN ANTONIO (1920-2010)  » est également traité dans :

BACH THOMAS (1953- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 924 mots

Dans le chapitre « Un sportif engagé »  : […] Thomas Bach est né le 29 décembre 1953 à Wurtzbourg (Bavière), dans une famille de marchands de tissus. Il s’essaye au football, au tennis, puis commence l’escrime à Tauberbischofsheim (Bade-Wurtemberg), dans un club qui va devenir une référence de ce sport et une pépinière de champions sous l’impulsion d’Emil Beck, un maître d’armes novateur. Il choisit rapidement le fleuret. Le jeune garçon int […] Lire la suite

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Le C.I.O. naît donc le 23 juin 1894 à la Sorbonne à Paris. Il compte alors treize membres : Pierre de Coubertin et Ernest Callot (France), Dimitrios Vikelas (Grèce), lord Ampthill et Charles Herbert (Grande-Bretagne), William Milligan Sloane (États-Unis), José Benjamín Zubiaur (Argentine), Leonard Albert Cuff (Nouvelle-Zélande), Jirí Guth (Bohême), Ferenc Kemény (Hongrie), Viktor Balck (Suède), Al […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 087 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le CIO, une organisation à l'échelle mondiale »  : […] Bien peu, lors de la prise de fonctions de l'Espagnol Juan Antonio Samaranch, qui succédait en juillet 1980 en tant que président du CIO à l'Irlandais Michael Killanin, titulaire du poste depuis 1972, pensaient que les jeux Olympiques avaient encore un avenir. D'autant que le premier choc de Moscou, en 1980, fut suivi d'un second cataclysme avec l'absence d'une grande partie des pays de l'Est aux […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La Dream Team, symbole des Jeux professionnels

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 088 mots

Le 16 juillet 1980, Juan Antonio Samaranch accédait à la présidence du C.I.O. Parmi les multiples réformes que le Catalan mit en œuvre, l'une des plus spectaculaires fut d'ouvrir les Jeux aux sportifs professionnels. Dès 1981, lors du congrès de Baden-Baden, il se prononce pour la suppression du mot « amateurisme » de la Charte olympique, proposition qui est adoptée par quatre-vingts voix contre […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - L'Afrique du Sud et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 994 mots

Le 10 000 mètres féminin constitue l'un des temps forts des Jeux de Barcelone. Le vendredi 7 août 1992, alors que la nuit envahit le magnifique stade olympique baigné par la chaleur, les concurrentes s'élancent pour un effort de plus d'une demi-heure. La course en elle-même est limpide et sans grande surprise. La Britannique Liz McColgan (vingt-huit ans), qui fut une magnifique championne du mond […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La marchandisation des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 274 mots

Organiser les jeux Olympiques d'été de 1984 sans solliciter le contribuable constituait un défi considérable, que le Los Angeles Olympic Organizing Committee (L.A.O.O.C.) a relevé avec succès, faisant le bonheur de l'homme d'affaires Peter Ueberroth : les Jeux de Los Angeles dégagent un bénéfice de 223 millions de dollars. Juan Antonio Samaranch, président du C.I.O. depuis 1980, souhaite modernis […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La notion d'amateurisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 100 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le tournant de 1981 »  : […] Sur la question de l'amateurisme comme dans d'autres domaines, tout change avec l'élection de Juan Antonio Samaranch à la présidence du C.I.O. le 16 juillet 1980. En septembre 1981, le C.I.O. tient à Baden-Baden le onzième congrès de son histoire. Juan Antonio Samaranch évoque de multiples pistes pour réformer le mouvement olympique, qu'il veut ancrer dans son époque. Parmi les mesures adoptées, […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Le dopage et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 552 mots
  •  • 1 média

À Séoul, en 1988, la finale du 100 mètres masculin, l'épreuve reine des Jeux, est encore plus attendue que d'habitude. En effet, deux hommes se défient verbalement depuis un an : l'Américain Carl Lewis et le Canadien Ben Johnson. Cette course fournit l'occasion de déterminer qui est l'homme le plus rapide du monde, et le duel s'annonce somptueux. Carl Lewis est le tenant du titre, mais, en 1987, […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Les femmes et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 698 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une indispensable parité ? »  : […] La lente évolution des relations entre l'olympisme et les femmes connaît une réelle inflexion avec l'élection de Juan Antonio Samaranch à la tête du C.I.O. le 16 juillet 1980. En effet, le Catalan fait de l'ouverture du mouvement olympique aux femmes un des axes forts de son programme. Dès 1981, deux femmes, Flor Isava-Fonseca (Venezuela) et Pirjo Häggman (Finlande), intègrent le C.I.O., institut […] Lire la suite

LILLEHAMMER (JEUX OLYMPIQUES DE) [1994] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 772 mots

Depuis son élection à la présidence du C.I.O. en 1980, Juan Antonio Samaranch multiplie les démarches pour rénover le mouvement olympique, ce qui passe notamment par une augmentation substantielle des revenus des Jeux. Le Comité tient sa quatre-vingt-onzième session à Lausanne du 12 au 18 octobre 1986, avec un ordre du jour chargé : il lui faut désigner les villes d'accueil des Jeux d'hiver et d' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SAMARANCH JUAN ANTONIO - (1920-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-antonio-samaranch/