MÉTAMORPHISME ET GÉODYNAMIQUE

Migmatites, anatexie et faciès granulite

Migmatite

Migmatite

Migmatite

La migmatite est formée de l’alternance de lits clairs et sombres. Les lits clairs, nommés…

Les zones de plus haut degré d’une série métamorphique sont souvent constituées de roches présentant un litage formé de l’alternance de niveaux clairs et sombres. Ces roches sont des migmatites ou gneiss migmatitiques. Elles sont parfois associées à des granites d’anatexie, comme dans le massif du Velay dans le Massif central. Dans la majorité des cas, l’origine des migmatites est la fusion ; on les appelle aussi anatexites. Migma signifie « mélange » : la roche est un mélange entre une partie fondue, le niveau clair (appelé « leucosome »), et une partie non fondue, les résidus de la fusion, le niveau foncé (appelé « mélanosome »). En effet, la fusion d’une roche est, sauf rares exceptions, partielle. Cela explique pourquoi roches magmatiques et métamorphiques coexistent sur un large intervalle de températures au-delà de la courbe de fusion utilisée comme limite de la fusion partielle. Nous avons noté précédemment que cette courbe de fusion est le solidus granitique hydraté. Pourquoi granitique ? Parce que le produit de la fusion partielle des sédiments les plus abondants (sédiments détritiques à forte composante argileuse) est un magma de composition granitique.

Il y a cependant un autre mécanisme majeur qui explique la persistance de roches métamorphiques au-delà du solidus granitique hydraté. Le rôle des fluides sur la température de fusion des roches est considérable. La température de fusion d’une roche hydratée augmente de plusieurs centaines de degrés si la roche devient anhydre ou bien si l’eau (fluide prépondérant dans la croûte continentale) est diluée par un (ou plusieurs) autre(s) fluide(s), principalement le dioxyde de carbone. De telles roches anhydres ou dans lesquelles l’eau n’est pas le fluide prépondérant peuvent être métamorphisées jusqu’à de hautes températures, dans les conditions du faciès granulite.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Christian NICOLLET : professeur des Universités à l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand

Classification

Pour citer cet article

Christian NICOLLET, « MÉTAMORPHISME ET GÉODYNAMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

Diagramme pression-température (P-T) dans le métamorphisme

Diagramme pression-température (P-T) dans le métamorphisme

Diagramme pression-température (P-T) dans le métamorphisme

Cette figure représente l’étendue du domaine du métamorphisme dans l’espace…

<strong>Exemples de recristallisation de roches métamorphiques</strong>

Exemples de recristallisation de roches métamorphiques

Exemples de recristallisation de roches métamorphiques

Ces deux roches ont une composition chimique voisine, mais sont pourtant bien différentes. Celle de…

Relations entre géothermes, trajets PTt et gradient métamorphique

Relations entre géothermes, trajets PTt et gradient métamorphique

Relations entre géothermes, trajets PTt et gradient métamorphique

Les relations entre géothermes, trajets PTt et gradient métamorphique sont représentées durant…

Voir aussi