MESROP saint (360 env.-440)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine, théologien et linguiste inventeur de l'alphabet arménien, Mesrop Machtots (ou Mesrob Machtotz) est né vers 360 à Hatsik (ou Hatsekats), près de Taron, en Arménie (auj. Mus en Turquie), et mort le 17 février 440 à Vagharshapat (auj. Etchmiadzine). Après des études dans les lettres et langues classiques sous la direction du patriarche Nersès Ier, il embrasse la vie monastique vers 395. Ordonné prêtre, il continue à nourrir un grand respect pour l'ascétisme et fonde plusieurs monastères. Il va s'employer à propager la parole des Saintes Écritures dans les contrées reculées d'Arménie, ce qui permet d'éradiquer le mazdéisme, religion héritière du zoroastrisme. Plus tard, il devient secrétaire du roi Vramchapouh, dont il reçoit le soutien dans sa tâche de systématisation d'un alphabet arménien définitif de trente-six lettres, calqué sur le grec (405). On considère qu'il bénéficie également de l'aide de Sahak Partev (Isaac le Grand), patriarche de l'Église apostolique arménienne, ainsi que d'un érudit grec du nom de Rufanos. Deux lettres seront ajoutées au xiie siècle. Cet alphabet va servir en premier lieu à traduire, à partir du grec, la première Bible arménienne populaire (vers 410), en krapar (langue arménienne de cette époque, ve-viie siècles, et langue liturgique actuelle). Mesrop Machtots assure dans ce cadre la traduction du Nouveau Testament et du Livre des Proverbes de l'Ancien Testament. Il procédera par la suite à une révision de l'intégralité du texte biblique. Tous ses efforts vont ainsi participer à l'âge d'or de la littérature chrétienne en Arménie.

Mesrop Machtots envoie ses disciples à Constantinople, Alexandrie et Rome rechercher des manuscrits bibliques et liturgiques. La tradition lui attribue un recueil de commentaires bibliques, la traduction des écrits patristiques, ainsi que des prières et hymnes liturgiques composées sur la base de l'octave. Autant d'éléments qui viennent conforter sa réputation de fondateur des bases de la liturgie nationale arménienne.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MESROP saint (360 env.-440)  » est également traité dans :

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 738 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Grégoire, en recevant l'ordination épiscopale de l'évêque Léonce de Césarée de Cappadoce, devint le chef de l'Église apostolique arménienne. Il réorganisa la vie religieuse et fit construire de nombreuses églises dont la première basilique d'Etchmiadzine, siège aujourd'hui encore du Catholicossat de tous les Arméniens. L'Église arménienne participa au premier concile œcuménique de Nicée en 325 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armenie/#i_41007

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 047 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tradition arménienne »  : […] Après avoir puisé dans les répertoires syrien et byzantin, l'Arménie, évangélisée dès le i er  siècle, adopte, vers 401, l'alphabet de saint Mesrop. La traduction de la Bible et des messes grecques marque donc la reconnaissance d'un fait national. À saint Mesrop, on attribue aussi le Charakan , recueil d'hymnes qui ne dédaigne pas les éléments populaires et sera complété par Grégoire de Narek ( x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-religieuse-chretienne/#i_41007

Pour citer l’article

« MESROP saint (360 env.-440) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesrop/