MÉSOPOTAMIEVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'espace et le temps attribués à ce que l'historiographie européenne appelle l'Antiquité, ensemble restreint de cultures et de civilisations dont l'Occident se reconnaît débiteur, la civilisation mésopotamienne tient la place ingrate du plus lointain parent. Éloigné, le pays appelé par les Grecs l'« Entre-deux-fleuves » l'est d'abord d'un point de vue géographique, de par sa situation excentrée, aux confins orientaux de l'ère principale où tout se jouerait, la Méditerranée, partagée et disputée tour à tour par les civilisations égyptienne, phénicienne, grecque et romaine. Il l'est encore du point de vue chronologique, l'ancienneté de sa civilisation lui conférant sans guère de contestation possible la première place dans l'histoire, qui commence à Sumer, comme l'écrit Samuel Kramer, à la fin du IVe millénaire avant J.-C.

La civilisation mésopotamienne paraît lointaine aussi par son système d'écriture, dit cunéiforme, dont la longévité – plus de trois mille ans –, n'a d'égale que sa complexité. Cette écriture « en forme de coins », réadaptée au cours de son histoire à plusieurs langues différentes (sumérien, akkadien, élamite, vieux perse), n'a livré ses multiples secrets qu'au prix d'un fastidieux travail de déchiffrement mené par une pléthore de philologues européens pendant près d'un siècle, dans une recherche collective qui est comme le contre-exemple de la fulgurante découverte d'un Champollion.

On peut encore se demander jusqu'à quel point la civilisation mésopotamienne n'a pas été aussi volontairement éloignée, tel un ancêtre trop encombrant. Si leurs motifs diffèrent, on repère en effet chez les Juifs des viie-vie siècles comme chez les Grecs du ve siècle avant J.-C., une attitude analogue de rejet de cette civilisation millénaire, suivant une logique d'affirmation par opposition, au moment historique précis où ces deux peuples entreprennent de secouer le joug politique exercé par la grande puissance de l'Orient. Les multiples références bibliques au pays des Chaldéens, depuis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  MÉSOPOTAMIE  » est également traité dans :

MÉSOPOTAMIE - Premier peuplement

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 1 483 mots
  •  • 1 média

La Mésopotamie, vaste dépression entre l'Irak et le désert syrien, est divisée en deux parties bien différentes, de part et d'autre du 34e parallèle. Si le nord (en amont de Samarra et Anah) est une plaine steppique où les cultures sèches sont possibles, le sud, que les Anciens appelaient la Babylonie, est une zone aride, où l'agriculture […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'écriture cunéiforme

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 3 072 mots
  •  • 5 médias

L'écriture cunéiforme (appelée ainsi d'après son signe de base, en forme de « coin », en latin cuneus ) a constitué le système graphique principal, et longtemps unique, du Proche-Orient asiatique, entre la fin du IV e millénaire et le début de notre ère. Elle fut l'outil essentiel des cultures de ce vaste espace géographique. Nous croyons savoir, d'après les données dont nous disposons, que l'écr […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - La religion

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Jean-Jacques GLASSNER
  •  • 6 449 mots

Seules les religions « historiques », œuvres d'un fondateur qui a su imposer et institutionnaliser ses convictions et ses attitudes religieuses, ont un besoin vital de se rattacher à leur source pour en garder le même courant, sous peine de perdre leur identité. Elles le font, en bonne règle, plus que par voie orale, par une tradition écrite qui remonte pl […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'art

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 3 070 mots
  •  • 4 médias

La naissance des cités, au IVe millénaire, marque le terme d'une évolution qui voit le passage d'une organisation villageoise de la société, établie sur une vie agricole et pastorale, à une structure sociale complexe, reflet d'une économie fondée pour une grande part sur des apports extérieurs, et destinée davantage à une élite qu'aux besoins élémentaires de petites communau […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 128 mots
  •  • 19 médias

La Mésopotamie fut, dès le VIe millénaire et parallèlement à l'Égypte, un haut lieu de civilisation. La Bible en a gardé la trace : le jardin d'Éden, Paradis terrestre de la Genèse, est situé du côté de l'Orient. Les premières fouilles eurent lieu dès décem […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Christine PROUST
  •  • 3 604 mots
  •  • 7 médias

Le Proche-Orient ancien a livré aux archéologues des centaines de tablettes d’argile contenant des textes mathématiques notés en écriture cunéiforme. Les plus anciennes d’entre elles remontent au début du IIIe millénaire avant notre ère, et les plus récentes aux derniers siècles avant notre ère. Lorsque l’assyriologue François Thureau […] Lire la suite

PAYS DE LA MER, Mésopotamie

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 532 mots

Traduction littérale de mât tâmti , expression akkadienne désignant l'immense région qui s'étendait jadis au nord du golfe Persique et que le limon du Tigre et de l'Euphrate avait conquise sur la mer du Lever du Soleil, c'est-à-dire le golfe persique. Couvert de marécages et de roselières, quadrillé de canaux, rendu quasiment impénétrable par sa configuration, le delta mésopotamien était un refuge […] Lire la suite

SCULPTURE EN PIERRE EN MÉSOPOTAMIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 240 mots

VII e -VI e millénaire avant J.-C. Outre les figurines modelées en argile, des statuettes taillées dans la pierre apparaissent à Chatal Hüyük (Anatolie) et à tell es-Sawwan (Mésopotamie), ainsi que des masques funéraires en pierre (grotte de Nahal Hemar, Hébron, Palestine). Fin du V e -début du IV e millénaire avant J.-C. Transformation des sociétés villageoises et amorce du processus d'urbani […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Ire dynastie de Babylone (1894-1595) »  : […] La I re  dynastie de Babylone est aussi appelée la dynastie amorrite, car elle est fondée par un de ces Sémites qui parcourent la steppe pastorale de l'Amourrou (l'Ouest en langue sémitique). La basse Mésopotamie a subi, vers la fin du xx e  siècle, une nouvelle invasion de ces groupes nomades, et un de leurs chefs, Sou-aboum (1894-1881), s'installe à Babylone où il prend le titre royal. Sa famill […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 6 médias

Les noms d'Assyrie (pays) et d'Assyriens (peuple) ont été tirés par les Modernes du nom ancien, Assour, qui désignait, selon les cas, un dieu, un pays ou une ville. L'Assyrie était une contrée de Haute- Mésopotamie, dont la population parlait un dialecte sémitique, très proche du babylonien. Les quatorze siècles de l'histoire des Assyriens donnent l'exemple le plus achevé de l'évolution de la comm […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MÉSOPOTAMIE - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-vue-d-ensemble/