KLEIN MELANIE (1882-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les critiques adressées à Melanie Klein

On peut schématiquement regrouper les critiques, fort divergentes, qu'a suscitées l'œuvre de Melanie Klein.

La tendance de la « psychologie du moi » (ego psychology) lui reproche de sous-estimer le poids de la réalité extérieure et les lois de la maturation biopsychique. Il est vrai que tout se passe pour Melanie Klein comme si chaque individu humain avait à constituer sa propre psyché et que l'issue du conflit « manichéen » dépendait uniquement d'une dialectique interne. Si le rôle de l'entourage et du développement génétique n'est pas nié, il reste qu'on voit mal comment il s'insère dans cette dialectique.

On a critiqué, d'un autre côté, la part excessive donnée à la reconstruction : comment Melanie Klein, même si elle a « analysé » de très jeunes enfants (parfois de trois, quatre ans), pourrait-elle prétendre décrire la vie émotionnelle du nourrisson ? Peut-on dire qu'elle n'agit là pas autrement que Freud affirmant l'existence de fantasmes œdipiens infantiles à partir des seules analyses d'adultes ? Il est difficile d'en être convaincu : on n'échappe pas, en lisant Melanie Klein, à l'impression qu'elle ne se borne pas à reconstruire un passé, mais qu'elle le construit, symbolisant, souvent au prix d'un certain forçage, un « vécu » qui est par principe hors de toute prise.

En troisième lieu, Melanie Klein valoriserait quasi exclusivement un monde fantasmatique défini comme imaginaire ; certes, aucun psychanalyste ne récusera l'efficacité, la consistance, l'influence de ce courant imaginaire capable d'imprégner nos activités les plus conscientes et les plus « adaptées », mais il peut craindre que la dissolution du fantasme – formation de l'inconscient souvent fort difficile à repérer dans son agencement singulier – au sein d'un univers interne ne conduise à simplement doubler tous nos comportements d'un corrélat, d'un envers fantasmatique.

Enfin, en se centrant sur les pouvoirs de l'imago maternelle, Melanie Klein ne se contente pas de compléter, comme l'ont fait la plupart des psychanal [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, membre titulaire de l'Association psychanalytique de France, directeur de la Nouvelle Revue de psychanalyse et de la collection Connaissance de l'inconscient aux éditions Gallimard

Classification

Autres références

«  KLEIN MELANIE (1882-1960)  » est également traité dans :

ABRAHAM KARL (1877-1925)

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

Psychanalyste allemand, un des plus fidèles et des plus orthodoxes disciples de Freud . Né à Brême dans une famille juive hanséatique, Karl Abraham reçoit d'abord une formation médicale classique. C'est à Zurich, dans la clinique du Burghölzli, fondée par C. G. Jung, qu'il s'initie à la psychiatrie et à la psychanalyse, jusqu'en 1907. À cette date, Abraham, devenu freudien, s'installe à Berlin, où […] Lire la suite

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans […] Lire la suite

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

La figure de Bion, principal disciple de Melanie Klein, est celle d'un grand penseur du mouvement psychanalytique. Revenant à la source des premiers grands travaux de Sigmund Freud (1895, 1900, 1911), son principal mérite est d'avoir développé, selon l'ensemble de leurs conséquences et dans une perspective d'une remarquable originalité, l'esquisse qu'ils contiennent d'une conception métapsycholog […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse du sentiment de culpabilité »  : […] Dans la théorisation relativement tardive qu'il nomme sa métapsychologie, Freud explique le sentiment de culpabilité comme l'expression et le résultat d'une tension entre le moi et le surmoi. Cette dernière instance psychique dérive à la fois du narcissisme primitif et du complexe d'Œdipe à la suite d'une identification au parent rival, jaloux interdicteur (des caractères essentiels de la personn […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « La défense : au service de quelle instance ? »  : […] Par ailleurs, si l'on se place dans la perspective de la deuxième topique, ce n'est pas seulement pour éviter d'être submergé par les processus primaires à l'œuvre dans le ça, mais aussi pour satisfaire aux exigences du surmoi que le moi est amené à élaborer des mécanismes de défense. Aussi la liste des défenses possibles peut-elle s'allonger à l'infini selon les instances psychiques défendues, la […] Lire la suite

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé . Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélanc […] Lire la suite

DIFFÉRENCE SEXUELLE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « Repenser la binarité »  : […] Un des premiers points du débat, du vivant même de Freud, fut la question de la sexuation de la libido. Pour Freud, il n'y a qu'une seule libido, mise au service de la fonction sexuelle masculine aussi bien que féminine. Mais la question d'une libido féminine, s'ancrant dans le somatique, fut vite posée par Karl Abraham, Ernest Jones ou Karen Horney. L'enfant fille n'avait-elle pas l'expérience d […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour attei […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la naissance à l'âge de 6 ans »  : […] Un travail intense de communication façonne les attitudes fondamentales de la sociabilité et suscite en l'enfant, avec les expériences du progrès incessant et des impuissances de sa condition, la recherche du dépassement de soi, motivation essentielle à la socialisation des conduites. Il y a bien en lui des attitudes innées de sociabilité. Elles sont liées à sa vie émotionnelle. Dès la fin du prem […] Lire la suite

FANTASME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Carlos MAFFI
  •  • 1 285 mots

Le fantasme peut se définir comme une production imaginaire qui représente le sujet dans un scénario déterminé, à la manière d'un rêve, et figure, d'une manière plus ou moins voilée, un désir. Le mot français « fantasme », qui correspond au mot allemand Phantasie utilisé par Freud, présente l'avantage d'être libre des résonances de caprice ou de bizarrerie liées à la notion de fantaisie. Ainsi, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Bertrand PONTALIS, « KLEIN MELANIE - (1882-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/melanie-klein/