LUCE MAXIMILIEN (1858-1941)

« Maximilien Luce. Un nouveau venu, un brutal et un loyal au talent fruste et musculeux. Dans des mansardes sans femmes, un ouvrier nu-torse se débarbouille, un autre trempe une croûte dans un bol. Les plus lépreux abords des fortifications, il les peint... » En prenant ces quelques notes à la troisième exposition de la Société des artistes indépendants, en 1887, Félix Fénéon définissait avec la justesse et la concision qui lui sont propres ce qui devait faire l'originalité de Luce. Ancien ouvrier graveur, celui-ci n'a cessé dans son œuvre d'affirmer vigoureusement ses conceptions socialisantes, mais c'est au moment où il travaille avec Seurat et où Fénéon le découvre que sa peinture devient particulièrement intéressante. Auparavant, son souci de réalisme « prolétarien » s'exprimait en teintes assourdies ou dans la manière un peu sèche d'un Raffaëlli. À partir de 1887, et pour quelques années, avant-garde politique et avant-garde artistique tentent de se rejoindre : Luce adopte la technique néo-impressionniste de la touche divisée et de l'application scientifique de la théorie des couleurs. Après des mises en œuvre assez strictes (La Seine à Herblay, 1890, musée d'Art moderne, Paris) ou des thèmes plus classiques (La Toilette, intérieur, 1894, anc. coll. Fénéon), son œuvre culmine dans les paysages du Borinage où il se rend en 1896 : la civilisation industrielle fait son entrée dans la peinture réellement moderne, comme elle le fait au même moment dans la poésie d'un Verhaeren (La Sambre, Marchienne au Pont, 1899, anc. coll. Fénéon ; Les Fumées sur la ville, 1899, œuvre dédiée à Marthe Verhaeren). Par la suite, sa peinture, toujours aussi engagée (plusieurs Hommage à la Commune, de 1905 à 1918), revient progressivement à des techniques plus simples ; elle a été mise en valeur par une étude très complète (P. Cazeau, Maximilien Luce, Lausanne-Paris, 1982). Le coloris souvent agressif ou maladroit de Luce a pu prêter à discussion, mais la perfection formelle n'est certainement pas l'intérêt principal de sa peinture : « C'est par l'inquiète et autonome personnalité qui s'y empreint que tout tableau de ce peintre requerra l'examen à l'égal d'œuvres plus parfaites » (F. Fénéon, 1888).

—  Jean-Paul BOUILLON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art moderne et contemporain à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  LUCE MAXIMILIEN (1858-1941)  » est également traité dans :

NÉO-IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 313 mots
  •  • 6 médias

Mouvement dont l'activité s'affirme avec le plus de cohérence entre 1885 et 1890 environ, et dont Seurat, Signac, Cross, Angrand et Camille Pissarro sont, en France, les principaux représentants. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-impressionnisme/#i_44275

TECHNIQUE ET ART

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 5 565 mots

Dans le chapitre « Le beau et l'utile »  : […] Plus tard, l'œuvre de Constantin Meunier, dans l'esprit de l'humanitarisme chrétien, et celle de Maximilien Luce, plus proche des idéologies socialistes et anarchistes, donnent en quelque sorte la réplique au développement politique des mouvements ouvriers. Toutes ces productions constituent, à la fin du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique-et-art/#i_44275

Pour citer l’article

Jean-Paul BOUILLON, « LUCE MAXIMILIEN - (1858-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximilien-luce/