SINÉ MAURICE SINET dit (1928-2016)

Siné, né Maurice Sinet le 31 décembre 1928 à Paris, passe son enfance dans le quartier populaire de Ménilmontant. De quatorze à dix-huit ans, il fréquente l'école Estienne, puis exerce les fonctions de maquettiste chez Hachette. Sa rencontre en 1948 avec des soldats noirs américains est à l’origine d’une passion pour le jazz dont il ne se départira jamais. Avant son service militaire – principalement passé en prison –, il rejoint le groupe vocal Les Garçons de la rue et découvre Jacques Prévert, Raymond Queneau, et surtout Saul Steinberg. Impressionné par le graphisme du dessinateur, introduit en France après la Seconde Guerre mondiale, Siné apprend de ce novateur la simplicité du trait qui rend l’expression graphique efficace. Ses premiers dessins paraissent dans France-Dimanche en 1952. Après un premier album édité à compte d'auteur, il publie chez Pauvert Complaintes sans paroles. Avec dhorribles détails et une préface de Marcel Aymé (1956), qui lui vaut l'attribution du premier grand prix de l'humour noir Grandville, qui vient d’être créé en 1957. Publié chez le même éditeur, Portée de chats (1957) connaît le même succès. Siné explore presque toutes les variations calembouresques auxquelles le mot chat est associé. De « chat renton » (un chat en camisole de force avec un entonnoir sur la tête) à « chat rogne » (un chat en uniforme de gardien de la paix), le calembour s'émancipe du simple jeu de mots pour introduire une représentation insolente sur fond de non-sens. Iconoclaste, pourfendeur viscéral de toutes les religions comme de l’armée et de la police, il ne déteste pas s’attaquer aux bonnes mœurs et son érotisme frontal s’inscrit comme le reste sous le signe de la subversion et de l’anarchie. Avec Tim et Jean Effel, il fait partie de l'équipe des dessinateurs satiriques qui, dès 1958, dans L'Express combattent la politique gaulliste au nom de l'indépendance algérienne (Dessins de l’Express, Pauvert, tome 1, 1961 ; tome 2, 1963).


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SINÉ MAURICE SINET dit (1928-2016)  » est également traité dans :

CHARLIE HEBDO

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 1 003 mots
  •  • 5 médias

En 2008, Philippe Val, de plus en plus politiquement contesté au sein de son équipe, licencie Siné avec qui il s'entend mal. Siné crée alors Siné hebdo, captant une partie du lectorat du journal satirique. Si Siné hebdo se transforme en Siné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-hebdo/#i_70633

SATIRIQUE DESSIN

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 880 mots

Dans le chapitre « Le citoyen contre les pouvoirs »  : […] : « Ce n'est pas là des ouvertures de paix. Toute l'armée turque y passerait. » Assis sur des cadavres de femmes dévêtues, les sans-culottes (dessinés par l'Anglais James Gillray en 1792) se livrent à l'anthropophagie. Vue par Siné, la statue de la Liberté a une jambe de bois et, de son bras tendu, tire la chasse d'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-satirique/#i_70633

WOLINSKI GEORGES (1934-2015)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 895 mots
  •  • 1 média

En 1968, il collabore au journal contestataire Action, puis crée, avec Siné, L'Enragé — publication dont la périodicité est incertaine (« Nous ne savons pas encore si L'Enragé sera hebdomadaire, mensuel, quotidien ou interdit »). De toute évidence, les deux caricaturistes veulent ressusciter la violence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-wolinski/#i_70633

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « SINÉ MAURICE SINET dit (1928-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-sinet-dit-sine/