GIGNOUX MAURICE (1881-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lyon dans une famille originaire du Chablais, c'est aux Alpes que Maurice Gignoux va consacrer l'essentiel de son œuvre. Il soutient une thèse portant sur la chronologie du Quaternaire et sur la limite du Pliocène-Quaternaire dans le bassin méditerranéen.

Nommé à Grenoble, il étudie les formations fluvio-glaciaires de la basse Isère. La Première Guerre mondiale arrête ses travaux. À son retour, il organise le service géologique de la faculté des sciences de Strasbourg et, en même temps, collabore à la création de l'École supérieure du pétrole où il donne des cours. En 1925, il publie la première édition de son cours magistral de stratigraphie, Géologie stratigraphique. Il développe, et publie lors du centenaire de la Société géologique, en 1930, sa théorie sur le rôle capital du Trias salifère dans la tectonique alpine. Il entreprend ensuite la première monographie géologique du champ pétrolifère de Pechelbronn et de nombreuses études sur les bassins bitumineux, résumées en un chapitre traitant de la France dans l'ouvrage, intitulé Das Erdöl, de Engler-Hofer.

Dès 1926, avec son retour à Grenoble, il se consacre à l'étude géologique des Alpes. Ses premiers travaux (mémoire de 1929) portent sur la Vanoise, puis sur la géologie du bassin de la Durance ; mais ils portent surtout sur la tectonique des Alpes, où il introduit les notions d'écoulement par gravité et de courants profonds dans le cycle orogénique alpin. Après avoir publié, en 1944, un ouvrage de vulgarisation (modèle du genre), Géologie dauphinoise, qui décrit les environs de Grenoble, il revoit, à l'occasion de la quatrième édition, sa Géologie stratigraphique.

La fin de sa vie est occupée par la rédaction d'un ouvrage qui résume son cours de géologie appliquée à l'École des ingénieurs hydrauliciens de Grenoble, qu'il a contribué à créer. Son nom reste attaché au barrage de Génissiat.

—  Myriam COHEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIGNOUX MAURICE (1881-1955)  » est également traité dans :

GONDWANA

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK, 
  • Michel WATERLOT
  •  • 2 443 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Stratigraphie des formations gondwaniennes »  : […] gondwaniennes, souvent épaisses de plusieurs kilomètres, sont, dans la plupart des cas, restées quasi horizontales. Comme le soulignait déjà Maurice Gignoux dans les éditions successives de son Traité de géologie stratigraphique (1re éd., 1925) : « Combien une telle grandiose permanence nous éloigne des multiples vicissitudes géologiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gondwana/#i_38813

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 042 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution d'une notion »  : […] L'alternance des transgressions et des régressions quaternaires a conduit M. Gignoux (1950) à définir un cycle sédimentaire comme « toute série de formations marines qui, dans une région donnée, est encadrée entre deux régressions ». Cela se traduit théoriquement dans la succession lithologique résultante par la superposition d'une séquence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-formation-erosion-et-sedimentation/#i_38813

Pour citer l’article

Myriam COHEN, « GIGNOUX MAURICE - (1881-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-gignoux/