GODWIN WILLIAM (1756-1836)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et philosophe anglais. William Godwin est né à Wisbech, dans le Cambridgeshire ; son père, qui était pasteur, l'éleva dans la plus pure tradition puritaine. Calvinistes tous deux, ses parents l'envoyèrent faire ses études à Hoxton Academy, où Andrew Kippis et Abraham Rees, de la Cyclopaedia, se chargèrent de son éducation. Devenu plus calviniste que ses professeurs, Godwin se fit disciple de John Glas qui refusait l'idée d'Églises nationales, le royaume de Dieu étant uniquement spirituel. Ensuite, il fut ministre à Ware, à Stowmarket et à Beaconsfield ; c'est à Stowmarket, en 1780, que Joseph Fawcet, un de ses amis républicains, lui fit connaître les philosophes français, ce qui l'éloigna de la foi. En 1782, il s'installa à Londres et c'est alors que la philosophie prit peu à peu le pas sur sa vocation religieuse. En 1783, il fit paraître Vie de Chatham, sans nom d'auteur, puis, en 1784, une série de sermons, Sketches of History, dans lesquels il affirmait que « Dieu lui-même n'a pas le droit d'être un tyran » ; en 1785 enfin, grâce aux bons offices de Kippis, il commença à écrire Sketches of English History pour le New Annual Register. Il écrivit des nouvelles, des articles, et collabora à la English Review. C'est également à cette époque qu'il se mit à fréquenter le cercle politique des whigs et rencontra Thomas Paine qui lui fit lire son manuscrit des Droits de l'homme. Il fit aussi partie d'un club appelé les « Revolutionnists », lié à lord Stanhope, Horne Tooke et Thomas Holcroft.

Godwin, dont la pensée évolue montre en 1795, dans Considerations on Lord Greenville's and Mr. Pitt's Bills, que « le grand problème de la science politique est de savoir comment à la fois conserver à l'homme les avantages de la liberté et user d'une autorité assez ferme pour contrôler chaque violation de la sûreté et de la paix publique ». Publiciste subversif, Godwin ne fut jamais sérieusement inquiété de son vivant pour ses écrits, le Premier ministre Pitt jugeant que, pour un ouvrage séditieux vendu trois guinées l'exemplaire [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GODWIN WILLIAM (1756-1836)  » est également traité dans :

SHELLEY PERCY BYSSHE (1792-1822)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 3 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Nature, l'Amour et la Mort »  : […] voyages en Irlande pour inciter le peuple à la rébellion et aux idées révolutionnaires, avec peu de succès. En 1812, il rencontra le philosophe William Godwin, dont il avait lu à Oxford l'ouvrage Enquête sur la justice politique... (An Enquiry Concerning Political Justice...). L'homme, en Godwin, était moins généreux que ses idées, proches […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percy-bysshe-shelley/#i_39711

WORDSWORTH WILLIAM (1770-1850)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 1 496 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un poète enraciné »  : […] crise intellectuelle. C'est sa sœur qui le guérit des abstractions rationalistes de Godwin en l'aidant à redécouvrir les joies simples mais intenses de la nature (« elle m'a donné des oreilles et des yeux », dira-t-il) et les eaux vives de la poésie régénératrice. À cette re-naissance, Coleridge apporta son amitié et une admiration d'autant plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-wordsworth/#i_39711

Pour citer l’article

Louise LAMBRICHS, « GODWIN WILLIAM - (1756-1836) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-godwin/