LE DIT DU VIEUX MARIN, Samuel Taylor ColeridgeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En tête du volume de la première édition des Lyrical Ballads (1798), venait le long poème de Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), Le Dit du vieux marin. Selon William Wordsworth (1770-1850), le poème aurait « découragé les lecteurs d'aller plus avant, en raison de son étrangeté » et de ses « graves défauts » : le marin – héros du poème – « n'agit pas mais est perpétuellement agi » ; quant aux événements relatés, « ne découlant pas les uns des autres, ils paraissent arbitraires ». En conséquence de quoi, Wordsworth évinça le poème des éditions postérieures des Ballades. C'était oublier que les deux poètes s'étaient réparti les rôles : à Wordsworth les sujets naturels, à Coleridge, les surnaturels ; oublier aussi que Wordsworth avait soufflé à son ami l'idée du meurtre de l'albatros, objet de la transgression.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  LE DIT DU VIEUX MARIN, Samuel Taylor Coleridge  » est également traité dans :

COLERIDGE SAMUEL TAYLOR (1772-1834)

  • Écrit par 
  • Paul ROZENBERG
  •  • 2 854 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Œuvres fantastiques »  : […] Dans ses œuvres fantastiques, l'imagination de Coleridge organise la métamorphose réciproque des formes et des idées. Le désespoir, la hantise des crimes d'impulsion, où la faute naît de la culpabilité plus qu'elle ne la produit, animent cet univers placé sous le signe de l'errance et de la dualité. Dans The Wanderings of Cain ( Caïn errant , 1798), la reprise du mythe biblique porte Coleridge au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PORÉE, « LE DIT DU VIEUX MARIN, Samuel Taylor Coleridge - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dit-du-vieux-marin/