SHELLEY PERCY BYSSHE (1792-1822)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Shelley est le plus romantique des poètes anglais de la première moitié du xixe siècle ; il exerça longtemps une puissante fascination sur les lyriques de son pays, de Tennyson à Swinburne et à Yeats. Révolutionnaire dans sa jeunesse, accusé d'athéisme et d'immoralité, il fut en vérité l'une des plus pures figures du romantisme. Il s'exila en Italie où il mourut avant l'âge de trente ans. Il y a sans doute du déchet dans son œuvre, parfois trop molle et sentimentale. Ses longs poèmes manquent de substance humaine et de conflit tragique. À d'autres moments, il a trop peu redouté le didactisme, ce qui alourdit ses envolées. Mais dans certains courts poèmes et dans ses odes, d'une facture artiste et savante, il a atteint à une beauté formelle inégalée. La pensée qui sous-tend son lyrisme fait de lui l'un des rares poètes du siècle chez qui la philosophie ne nuit pas à la vivacité de l'émotion ni à la richesse suggestive du langage.

La Nature, l'Amour et la Mort

Le père du poète appartenait à la petite noblesse de province et possédait quelque fortune et des terres. Percy naquit à Field Place, dans le comté de Sussex. Il avait plusieurs sœurs qu'il charmait, tout enfant, par les histoires fantasques qu'il inventait avec facilité. Malheureux à l'école aristocratique d'Eton, où étaient en faveur les brutalités infligées par les anciens aux nouveaux élèves, il se révélait déjà non conformiste et révolté. Dès l'âge de dix-sept ans, il écrivait des romans, des poèmes et s'enflammait pour la libre pensée antichrétienne des philosophes du siècle des Lumières. Entré à Oxford en 1810, il en fut exclu le 25 mars 1811 pour avoir publié une brochure, Sur la nécessité de l'athéisme (The Necessity of Atheism). Cœur généreux et inflammable, toujours prêt à secourir les dames qu'il croyait en détresse et persécutées, Shelley épousa à dix-neuf ans une amie de ses sœurs, Harriet Westbrook, et eut d'elle une fille en 1813. Il entreprit des voyages en Irlande pour inciter le peuple à la rébellion et aux idées révolutionnaires, avec peu de succès. En 1812, il rencontra le philosophe

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université Yale, Connecticut, États-Unis

Classification


Autres références

«  SHELLEY PERCY BYSSHE (1792-1822)  » est également traité dans :

BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

  • Écrit par 
  • François NATTER
  •  • 4 462 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mariage et séparation »  : […] vallée du Rhin et gagna le lac de Genève où l'avait précédé un autre poète exilé, P. B. Shelley, avec qui il se lia d'amitié. Celui-ci était accompagné de sa maîtresse, Mary Godwin (fille de Godwin et Mary Wolstoncraft) et de Jane (Clare) Clairmont, maîtresse épisodique de Byron, qui, le 12 janvier 1817, devait donner naissance à une fille, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-gordon-byron/#i_987

KEATS JOHN (1795-1821)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 3 571 mots

Dans le chapitre « Mort et résurrection »  : […] de Trinità dei Monti, sur la place d'Espagne ; la maison est aujourd'hui le musée Keats-Shelley. Shelley en effet, dès l'été de 1820, avait écrit à Keats pour l'inviter à le rejoindre en Italie, à Pise. Keats avait refusé, par une lettre un peu sèche, conseillant à son aîné de trois ans plus de concentration et de densité dans son art. Shelley ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-keats/#i_987

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les deux Orients »  : […] dans Le Corsaire (1814) par exemple, faire entendre le chant de la liberté. Il en va de même pour P. B. Shelley (1792-1822), qui célèbre l'indépendance de la Grèce dans Hellas en opposant le camp de la liberté à celui du despotisme oriental. La condamnation du fanatisme se fait encore plus virulente dans The Revolt of Islam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_987

PEACOCK THOMAS LOVE (1785-1866)

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 266 mots

En 1812, Peacock rencontra Shelley ; puis, en 1817, il passa quelques mois à Great Marlow en sa compagnie. Cette période joua un rôle décisif dans le développement de sa carrière d'écrivain. Les idées qui constituent la base des dialogues étincelants de ses livres tirent probablement leur origine des conversations avec Shelley et ses amis. L'essai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-love-peacock/#i_987

PROMÉTHÉE, mythe moderne

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 268 mots

Il est plus significatif qu'étonnant de constater la mise en sommeil à peu près totale du mythe de Prométhée dans les arts et les lettres de l'âge médiéval. Les premières allusions au vieux titan grec apparaissent aux xvie et xviie siècles (Calderón écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/promethee-mythe-moderne/#i_987

PROMÉTHÉE DÉLIVRÉ, Percy Bysshe Shelley - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Avec son « drame lyrique » en quatre actes et en vers, Prométhée délivré (1820), Shelley (1792-1822), admirable traducteur, affirme son ardent désir d'originalité. Son adaptation libre, voire subversive, de la trilogie d'Eschyle (525-456 av. J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/promethee-delivre/#i_987

Pour citer l’article

Henri PEYRE, « SHELLEY PERCY BYSSHE - (1792-1822) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/percy-bysshe-shelley/