PICKFORD MARY (1893-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Charlie Chaplin, Mary Pickford et Douglas Fairbanks

Charlie Chaplin, Mary Pickford et Douglas Fairbanks
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Petite Vendeuse, de Sam Taylor

La Petite Vendeuse, de Sam Taylor
Crédits : Collection privée

photographie


Archétype de la star du cinéma muet telle que Hollywood l'avait conçue dans son âge d'or, Mary Pickford avait réussi à incarner, aux alentours de la Première Guerre mondiale, cette petite « fiancée de l'Amérique » aux vertus cardinales, entretenant avec tout le pays une liaison amoureuse qui ne s'est jamais démentie, tout en restant la star inaccessible, vivant dans une folle prodigalité, et dont la vie privée fascinait chaque Américain.

Mary Pickford est née à Toronto. Très jeune, elle va connaître ses premiers succès sur les planches à Broadway. Elle incarne de jeunes héroïnes touchantes évoluant dans un univers hostile, mais qui triomphent de l'adversité grâce à leur ingénuité. Elle joue à l'époque sous son nom de Gladys Smith. Le cinéma, en pleine période artisanale, est alors en quête de visages « touchants », et, dès 1909, Mary Pickford va tourner ses premières bandes.

Alternances de scènes comiques et de scènes mélodramatiques, ces premiers balbutiements ont pour noms : The Lonely Villa, The Little Darling, The Renunciation... et sont. l'œuvre des studios Biograph. Ce n'est qu'après sa rencontre avec le metteur en scène D. W. Griffith que l'actrice va prendre au sérieux ce nouveau moyen d'expression et mettre toute son énergie dans cet art en plein devenir. Tous deux participent à la naissance des studios hollywoodiens. En 1910, Mary Pickford fait partie des noms plébiscités par un public de plus en plus large, grâce à des titres comme Ramona ou The Unchanging Sea. Elle ne tournera pas moins de cent vingt-cinq courts-métrages. Son personnage se dessine : petite bouche, grandes boucles blondes et sourire désarmant. En quelques années, elle devient une des femmes les plus riches du pays et un des atouts majeurs des premiers studios californiens.

Parmi ses succès, quelques titres : The New York Hat (1912), Cinderella (1914), Un bon petit diable (1913), d'après la comtesse de Ségur. Une héroïne de roman se matérialisait devant les yeux émerveillés du public... Elle tournera les tout premiers films de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PICKFORD MARY (1893-1979)  » est également traité dans :

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Technique et mythologie érotiques »  : […] L'érotisme ne pouvant être le paradis du cinéaste, il sera sa croix, en tout cas sa hantise, grandissant sans cesse, comme sur les affiches et dans les autres domaines de la publicité. Un film comme Benjamin (1967) double ses recettes par un sous-titre alléchant : Mémoires d'un puceau . « Civilisation du cul », affirme Godard dans Deux ou trois c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_4454

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] Les grands acteurs de théâtre furent entourés d'un rituel spécifique dès l'époque préromantique et romantique. C'est là que fait son apparition la vedette, c'est-à-dire l' acteur placé comme « en sentinelle » (le mot est d'origine militaire) pour recueillir le maximum d'applaudissements. Au même moment, la principale danseuse d'un ballet reçoit, po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_4454

UNITED ARTISTS

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 974 mots

Un producteur important de l'époque, dirigeant de la M.G.M., salua la naissance de United Artists, en 1919, par ces mots : « Voici les fous qui prennent la direction de l'asile. » La nouvelle société tenait à la prétention de quelques grandes stars de l'époque de devenir leur propre producteur et de conquérir leur indépendance vis-à-vis des premiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/united-artists/#i_4454

Pour citer l’article

André-Charles COHEN, « PICKFORD MARY - (1893-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-pickford/