FAIRBANKS DOUGLAS (1883-1939)

Acteur et producteur de cinéma américain, né le 23 mai 1883 à Denver (Colorado), mort le 12 décembre 1939 à Santa Monica (Californie).

Au sortir de l'université, Douglas Fairbanks, de son vrai nom Douglas Elton Ulman, fait ses débuts sur les planches dans de petits rôles et en 1914, a déjà conquis Broadway. Il joue dans son premier film, Un Timide (The Lamb, 1915), sous la direction de D. W. Griffith, et fonde sa propre maison de production en 1917. Parmi ses nombreux succès, citons Le Signe de Zorro (The Mark of Zorro, 1920), Les Trois Mousquetaires (The Three Musketeers, 1921), Robin des bois (Robin Hood, 1926), Le Voleur de Bagdad (The Thief of Bagdad, 1924), Le Pirate noir (The Black Pirate, 1926), Le Masque de fer (The Iron Mask, 1929) et La Mégère apprivoisée (The Taming of the Shrew, 1929), où il partage la vedette avec Mary Pickford, enfant chérie d'Hollywood à qui il sera marié de 1920 à 1935. Fairbanks devient ainsi l'un des premiers et des plus grands héros de cape et d'épée du grand écran. Ses prouesses athlétiques, son romantisme galant et sa spontanéité le consacrent « roi d'Hollywood » dans les années 1920.

Avec Mary Pickford, Charlie Chaplin et D. W. Griffith, Fairbanks fonde United Artists en 1919, qui a vocation à distribuer des films indépendants. En 1936, il met publiquement fin à sa carrière d'acteur mais continuera à produire des films jusqu'à sa mort, trois ans plus tard.

Son fils Douglas Fairbanks Jr. (9 décembre 1901, New York – 7 mai 2000, New York), issu d'un premier mariage avec Anna Beth Sully, tient à l'écran, dans les années 1930 et 1940, l'emploi du jeune premier fringant, dans la lignée paternelle. Il deviendra par la suite producteur indépendant pour la télévision britannique et administrateur de société aux activités internationales.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  FAIRBANKS DOUGLAS (1883-1939)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La souveraineté américaine »  : […] des westerns de Thomas Ince : Pour sauver sa race (The Aryan, 1916), Carmen du Klondyke (1918). Douglas Fairbanks incarne la magnifique santé d'un peuple, sa bonne conscience et son humour : Robin des bois (Robin Hood, 1922) ; Le Signe de Zorro (The Mark of Zorro, 1920) ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_4726

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 603 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] par les premières « femmes fatales » du cinéma : vamps à Hollywood, ou divas dans le cinéma italien. Quant à Douglas Fairbanks, il joua son propre rôle en quelque sorte sous le nom de Doug dans des courts métrages policiers ou farfelus avant d'affronter ses grandes compositions dans les films d'aventures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_4726

UNITED ARTISTS

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 974 mots

des premières grandes compagnies hollywoodiennes qui, Paramount en tête, leur imposaient des contrats injustes à leurs yeux. Ses fondateurs étaient célèbres : il s'agissait de deux des acteurs les plus populaires, Mary Pickford et Douglas Fairbanks, de l'acteur-réalisateur Charlie Chaplin qui, depuis ses contrats avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/united-artists/#i_4726

Pour citer l’article

« FAIRBANKS DOUGLAS - (1883-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-fairbanks/