VARGAS LLOSA MARIO (1936-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dimensions du désir

Avec La Maison verte (La Casa verde, 1966, prix Rómulo-Gallegos), le décor s'est déplacé de Lima à Piura, ville du Nord, et à l'immense forêt vierge qui l'entoure. La « maison verte », le bordel de Piura, est le centre d'attraction d'un récit qui se subdivise en plusieurs intrigues souvent sans lien entre elles : histoire de Bonifacia, une petite Indienne recueillie par les religieuses de la mission catholique et qui deviendra la locataire du lupanar ; histoire du bandit Fushia ; histoire des habitants de la forêt vierge et de leurs démêlés avec les Blancs. Cette composition pour ainsi dire polyphonique permet au romancier de restituer, dans un vaste tableau composite et vivant, un autre aspect de la société péruvienne. Le rythme de la narration est admirable, ainsi que le jaillissement de l'invention et de la description : c'est d'un monde total que l'on veut rendre compte. Loin désormais de l'indigénisme pittoresque ou révolté d'un J. M. Argüedas ou d'un Ciro Alegría, avec ses références historiques ou mythiques au passé inca, à l'opposé aussi du traditionalisme nostalgique d'un Ricardo Palma, Vargas Llosa analyse sans réticence et sans complaisance la réalité contemporaine. Un souci de l'information directe et personnelle, la connaissance immédiate des lieux et des êtres, la rigueur de l'enquête sociologique sont les fondements de la fiction romanesque de cet écrivain : « J'ai toujours, dit-il, accumulé les choses qui m'avaient le plus impressionné dans ma vie. » En ce sens, il prolonge et transpose dans le domaine hispano-américain la tradition des grands romanciers français, principalement Balzac et Flaubert dont lui-même, d'ailleurs, se réclame. « Les grands romans – dit-il encore – sont ceux qui approchent, dans une certaine mesure, de l'impossible roman des romans. » La Maison verte marque une étape décisive vers ce but idéal.

Mais l'écrivain reprend d'abord son souffle avec un bref récit, Los Cachorros (Les Chiots), publié en 1967 et[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  VARGAS LLOSA MARIO (1936- )  » est également traité dans :

LA FÊTE AU BOUC (M. Vargas Llosa) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 979 mots
  •  • 1 média

En 1961, le 30 mai – jour de la Fête au Bouc – Rafaël Leonidas Trujillo Molina qui, depuis 1930, maintenait Saint-Domingue dans un régime de terreur et d'esclavage, était abattu dans sa voiture par des conjurés postés au bord de la route qu'il avait coutume d'emprunter. Une répression terrible s'ensuivit. Le pays, loin de se libérer et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-fete-au-bouc/#i_41584

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 332 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Mario Vargas Llosa explore différents registres du théâtre. La señorita de Tacna (1981) conte les amours attendrissantes d’un jeune officier chilien et d’une belle jeune fille de bonne famille péruvienne, à Tacna, la ville qui a été un enjeu principal de la guerre entre le Pérou et le Chili à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_41584

PÉROU

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD, 
  • Albert GARCIA, 
  • Alain LABROUSSE, 
  • Évelyne MESCLIER, 
  • Valérie ROBIN AZEVEDO
  •  • 22 245 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Marasme économique et déliquescence du système des partis  »  : […] grâce au soutien des entrepreneurs et des banquiers, à la capacité de rassemblement de Vargas Llosa et à une idéologie néolibérale rajeunie. Le Fredemo (Front démocratique) est fondé en 1987. Son programme, qui se veut sensible aux besoins des classes populaires, prend en considération les petits patrons du secteur informel. Un mois avant l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perou/#i_41584

LA TANTE JULIA ET LE SCRIBOUILLARD, Mario Vargas Llosa - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 419 mots
  •  • 1 média

Avec La Tante Julia et le scribouillard (1977), le romancier péruvien Mario Vargas Llosa (né en 1936) poursuit le travail de distanciation narrative et d'ironie romanesque qui est le sien depuis Pantaléon et les visiteuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tante-julia-et-le-scribouillard/#i_41584

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « VARGAS LLOSA MARIO (1936-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-vargas-llosa/