MARTONE MARIO (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

en 1959 à Naples, Mario Martone connaît d'abord une longue expérience de metteur en scène de théâtre à la tête d'une compagnie qu'il crée en 1979, Falso Movimento. À l'origine de la fondation de Teatri Uniti, il poursuit ses recherches expressives en montant des pièces où passe son amour pour le cinéma (Ritorno ad Alphaville, 1986), avant de découvrir la mise en scène cinématographique et d'y consacrer son énergie, en alternance avec le théâtre. Son premier long-métrage, Mort d'un mathématicien napolitain qui évoque le suicide du mathématicien Renato Caccioppoli, petit-fils de Bakounine, révèle un talent de dramaturge et d'observateur des fêlures existentielles dans le chaudron incandescent de l'univers culturel napolitain. Ce film lui vaut d'obtenir le prix spécial du jury du festival de Venise, en 1992. Après d'autres expériences en vidéo et sur pellicule et la poursuite de son travail avec la compagnie Teatri Uniti, Martone confirme en 1995, avec L'Amour meurtri, une inspiration exigeante, qui fait de lui un des cinéastes italiens les plus doués de sa génération. Il trouve en Anna Bonaiuto une interprète émouvante pour un rôle de jeune femme ne parvenant pas à se libérer d'un traumatisme de l'enfance.

Teatro di guerra (1998) prolonge une recherche mêlant expérience théâtrale – le film montre la préparation d'un spectacle que Mario Martone a réellement mis en scène en 1996, Les Sept contre Thèbes d'Eschyle – et réflexion sur le rôle du cinéma dans la mise à nu du drame napolitain comme écho de la tragédie bosniaque. Car Teatro di guerra pose la question fondamentale : que peut le spectacle – le théâtre, le cinéma – face à la guerre ? Que peut l'art face à la barbarie ? Tout et rien à la fois.

Produit avec peu de moyens, tourné en super-16 pendant deux ans au rythme du travail théâtral, le film, censé se passer en 1994, fait alterner les séquences de répétition de la troupe qui prépare le spectacle destiné à la Bosnie et le bouillonnement de la cité parthénopéenne dans l'espace populaire des quartiers espagnols. Martone procède à de multiples imbrications. Outre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MARTONE MARIO (1959- )  » est également traité dans :

LEOPARDI, IL GIOVANE FAVOLOSO (M. Martone)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Mario Martone, né à Naples en 1959, est d'abord un homme de théâtre. Après une première mise en scène à 17 ans, il crée la compagnie Falso Movimento en 1979, et monte Otello de Verdi, L’Opéra de quat’sous de Brecht et Weil, Retour àAlphaville, d'après Godard. Cinéma, vidéo, opéra, théâtre, Wenders, Verd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopardi-il-giovane-favoloso/#i_53001

TEATRO DI GUERRA (M. Martone)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 034 mots

Découvert en 1992 au festival de Venise, Mario Martone a derrière lui une longue expérience de metteur en scène de théâtre à la tête d'une compagnie qu'il crée en 1979, Falso Movimento. À l'origine de la fondation de Teatri Uniti, il poursuit ses recherches expressives en montant des pièces où passe son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teatro-di-guerra/#i_53001

CITTI FRANCO (1935-2016)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 943 mots

C'est Ninetto Davoli, qui partagea la vie et le travail de Pier Paolo Pasolini, qui a annoncé la mort à Rome de Franco Citti, le 14 janvier 2016. « La mort de Franco est une énorme douleur, nous avions en commun la plupart de nos films, mais aussi la plus grande partie de notre existence. » Ninetto Davoli reste le dernier « ragazzo di vita », pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-citti/#i_53001

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « MARTONE MARIO (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-martone/