Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MERSENNE MARIN (1588-1648)

Philosophe et religieux français, Mersenne est l'une des figures les plus influentes de la révolution scientifique du xviie siècle, au sein de laquelle, sans être proprement homme de science, il a joué un rôle considérable de témoin et d'animateur. Né à Oizé, près de La Flèche, il fit ses études au collège jésuite de cette ville, un peu avant Descartes, de huit ans plus jeune que lui ; il entra dans l'ordre des Minimes en 1611, enseigna la philosophie à Nevers et, en 1619, rejoignit Paris, où, jusqu'à sa mort, sa cellule du couvent de la place Royale, fut l'un des centres de l'activité philosophique et scientifique européenne, centre qui a préparé l'Académie des sciences, fondée en 1666. Mersenne est, en effet, d'abord connu pour avoir été « le secrétaire de l'Europe savante », le correspondant de Descartes, Galilée, Constantin et Christiaan Huygens, Fermat, Torricelli, Gassendi, Hobbes, Crusius. Traducteur et éditeur, de manière paraphrastique, des Mécaniques de Galilée (en 1634, au lendemain du procès de Rome) et des Nouvelles Pensées de Galilée (en 1639, un an après la parution à Leyde des Discorsi), il a aussi fait imprimer à Paris la première édition des Méditations de Descartes et rassemblé les Objections que celui-ci lui demandait d'y joindre. Mais parfois, il prit lui-même la plume pour les rédiger, ce qui prouve que sa pensée n'était pas un simple reflet de celle de son ami Descartes ; l'empirisme et l'esprit positif, en effet, l'emportaient à ses yeux sur la métaphysique. Mersenne, d'autre part, s'est fait l'éditeur de plusieurs ouvrages de ses amis, tels Roberval, Hobbes (De Cive), La Mothe Le Vayer, Fermat.

La spécialité de Mersenne était la musique théorique. Il publie, après quelques essais, deux gros volumes intitulés De l'harmonie universelle (1636), où il traite de toutes les questions physiques et mathématiques intéressant les instruments et la voix. Mais il s'intéresse, par-delà les publications qu'il consacre à ce savant, aux divers travaux de Galilée, reprenant parfois ses expériences et les précisant. D'un voyage en Italie, en 1645, il rapporte l'expérience barométrique, dont Pascal poussera jusqu'à leur perfection les résultats théoriques. Son nom est lié, d'autre part, au problème de la cycloïde, sur lequel il lance Roberval en 1630 et dont il est le premier à mentionner la notion en marge de L'Harmonie universelle.

Son intérêt allait à toutes les questions philosophiques et scientifiques de son temps et, s'il n'a pas été un philosophe de premier plan, dit Robert Lenoble dans l'ouvrage qu'il lui a consacré (Mersenne ou la Naissance du mécanisme, Paris, 1943), il est représentatif du public cultivé de l'époque : « Son itinéraire philosophique est celui de toute la génération qui quitte la scolastique pour le mécanisme. » On trouve chez lui une critique virulente des fausses sciences (alchimie, sorcellerie) et des penseurs naturalistes de la Renaissance, ceux qui croient à l'astrologie et à l'Ame du monde (les « panpsychistes » et les animistes) : Pomponazzi, Cardan, Paracelse. Contre la confusion de la Nature et de l'Esprit, la scolastique avec sa physique dépassée est désormais impuissante, seul le mécanisme permet une distinction nette en même temps qu'une défense efficace contre les libertins. C'est ce qu'expriment deux des principales œuvres de Mersenne : L'Impiété des déistes, athées et libertins de ce temps, combattue et renversée de point en point par des raisons tirées de la philosophie et de la théologie, 1624 ; La Vérité des sciences contre les sceptiques et les pyrrhoniens, 1625. Les amis de Mersenne sont ceux qui tirent la pensée de l'ornière du panpsychisme — Descartes, Gassendi, Roberval,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BASSON

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 992 mots
    • 6 médias
    ... siècle, on trouve sous le nom générique de bombardes des instruments graves, taillés d'une seule pièce, qui sont les ancêtres du basson. L'existence du basson est attestée au xviie siècle par Marin Mersenne, qui fait figurer dans son Harmonie universelle, contenant la théorie et...
  • DESCARTES RENÉ

    • Écrit par Ferdinand ALQUIÉ
    • 12 505 mots
    • 2 médias
    ...Paris, chez Soly, les Meditationes de prima philosophia (Méditations métaphysiques), suivies de six séries d'objections (celles de Caterus, de Mersenne, de Hobbes, d'Arnauld, de Gassendi et d'un groupe de philosophes, de géomètres et de théologiens qui se réunissaient chez Mersenne), et des réponses...
  • FLÛTE

    • Écrit par Robert LEURIDAN
    • 2 381 mots
    • 6 médias
    ...neuf dans la famille des flûtes à bec et dont les dimensions vont de 10 cm à 2,64 m de longueur. Michael Praetorius (Syntagma musicum, 1619) et le père Mersenne (Harmonie universelle, 1636) nous décrivent aussi des familles de flageolets et de flûtes en quatre et huit pieds (en quatre pieds, c'est-à-dire...
  • FLUDD ROBERT (1574-1637)

    • Écrit par Sylvain MATTON
    • 1 573 mots
    ...Fludd répondit, la même année, dans son Monochordum mundi. Si la controverse avec Kepler resta courtoise, il n'en fut pas de même de celle avec Mersenne, qui vitupéra violemment Fludd dans ses Quaestiones in Genesim (1623), le traitant de « fétide héréticomage ». Fludd ne riposta qu'en 1629 avec...
  • Afficher les 12 références

Voir aussi