MERSENNE MARIN (1588-1648)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et religieux français, Mersenne est l'une des figures les plus influentes de la révolution scientifique du xviie siècle, au sein de laquelle, sans être proprement homme de science, il a joué un rôle considérable de témoin et d'animateur. Né à Oizé, près de La Flèche, il fit ses études au collège jésuite de cette ville, un peu avant Descartes, de huit ans plus jeune que lui ; il entra dans l'ordre des Minimes en 1611, enseigna la philosophie à Nevers et, en 1619, rejoignit Paris, où, jusqu'à sa mort, sa cellule du couvent de la place Royale, fut l'un des centres de l'activité philosophique et scientifique européenne, centre qui a préparé l'Académie des sciences, fondée en 1666. Mersenne est, en effet, d'abord connu pour avoir été « le secrétaire de l'Europe savante », le correspondant de Descartes, Galilée, Constantin et Christiaan Huygens, Fermat, Torricelli, Gassendi, Hobbes, Crusius. Traducteur et éditeur, de manière paraphrastique, des Mécaniques de Galilée (en 1634, au lendemain du procès de Rome) et des Nouvelles Pensées de Galilée (en 1639, un an après la parution à Leyde des Discorsi), il a aussi fait imprimer à Paris la première édition des Méditations de Descartes et rassemblé les Objections que celui-ci lui demandait d'y joindre. Mais parfois, il prit lui-même la plume pour les rédiger, ce qui prouve que sa pensée n'était pas un simple reflet de celle de son ami Descartes ; l'empirisme et l'esprit positif, en effet, l'emportaient à ses yeux sur la métaphysique. Mersenne, d'autre part, s'est fait l'éditeur de plusieurs ouvrages de ses amis, tels Roberval, Hobbes (De Cive), La Mothe Le Vayer, Fermat.

La spécialité de Mersenne était la musique théorique. Il publie, après quelques essais, deux gros volumes intitulés De l'harmonie universelle (1636), où il traite de toutes les questions physiques et mathématiques intéressant les instruments et la voix. Mais il s'intéresse, par-delà les publications qu'il consacre à ce savan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  MERSENNE MARIN (1588-1648)  » est également traité dans :

BASSON

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 002 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Dès le xvi e  siècle, on trouve sous le nom générique de bombardes des instruments graves, taillés d'une seule pièce, qui sont les ancêtres du basson. L'existence du basson est attestée au xvii e  siècle par Marin Mersenne, qui fait figurer dans son Harmonie universelle, contenant la théorie et la pratique de la musique (1636) un chapitre entier i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basson/#i_37

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les controverses »  : […] Les travaux et les réflexions de Descartes se poursuivent cependant, mêlés à de constantes polémiques. Il s'oppose à Fermat au sujet des tangentes, discute avec Plempius sur le mouvement du cœur, soutient Waessenaer contre Stampioen. En 1641 paraissent à Paris, chez Soly, les Meditationes de prima philosophia ( Méditations métaphysiques ), suivies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_37

FLUDD ROBERT (1574-1637)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une œuvre considérable »  : […] Né à Milgate House (Kent), Fludd, qui latinisa son nom en de Fluctibus , entra en 1592 à St. John's College, à Oxford. Bachelier en 1596, maître ès arts en 1598, il voyagea ensuite pendant six ans sur le continent, étudiant la médecine paracelsiste et les sciences occultes. Il s'inscrivit ensuite à Christ Church College (Oxford) et fut reçu docteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-fludd/#i_37

FLÛTE

  • Écrit par 
  • Robert LEURIDAN
  •  • 2 382 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] La Renaissance est une époque où prolifèrent les flûtes. Les premiers grands luthiers ont pour berceau Venise et la vallée de l'Eure, non loin d'Anet. Ces luthiers offrent aux musiciens un vaste éventail de flûtes : trois membres de la famille des flûtes traversières plus le fifre ; éventail qui se déploie jusqu'à neuf dans la famille des flûtes à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flute/#i_37

GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 060 mots

Savant et philosophe français, né près de Digne, reçu docteur en théologie en 1614 à Avignon, Gassendi est ordonné prêtre en 1616 et enseigne la philosophie à l'université d'Aix-en-Provence de 1617 à 1623. Il y fait des observations astronomiques détaillées, se déclare partisan de Copernic et entre en correspondance avec Galilée. Il partage ensuite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gassendi/#i_37

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 273 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_37

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le matérialisme »  : […] Sans vouloir donner aux opinions des libertins une netteté qu'elles n'avaient pas, il semble, en effet, que l'on peut parler de deux « systèmes » suffisamment distincts. Le premier met l'accent sur la Nature, l'autre sur une Raison infinie qui est Dieu. Les origines de ces systèmes sont différentes et leur aboutissement aussi. Il faut, d'ailleurs, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_37

MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 6 180 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Les Méchaniques » au début du XVIIe siècle »  : […] Le titre d'un ouvrage publié à Paris en 1634 et présenté comme la traduction d'un manuscrit de jeunesse de Galilée (1597) mérite de figurer, ici-même, à l'entrée de cette histoire, avec son orthographe significative. Les Méchaniques de Galilée , ce sont les machines simples en usage au xvi e siècle, objets de recettes diverses – et le pluriel s'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/#i_37

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondateurs : Galilée, Descartes »  : […] On parle souvent de l'époque de Descartes comme si le nom du philosophe suffisait à lui seul à désigner la « révolution mécaniste ». C'est n'avoir qu'une vue très simplifiée de cette période. On oublie ainsi non seulement Galilée, mais encore une multitude de personnages qui, sans avoir le génie et l'importance du savant italien, ont néanmoins cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanisme-philosophie/

ROBERVAL GILLES PERSONNE DE (1602-1675)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 067 mots

L'utilité durable d'une ingénieuse balance a assuré la mémoire du nom de ce mathématicien né à Roberval et mort à Paris. Ce n'est pas dérisoire. L'instrument témoigne de ce que l'inventeur joignait le sens de l'utile à une conception savante, préfiguration du principe des travaux virtuels. Roberval eut cependant bien d'autres mérites. Professeur au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberval-gilles-personne-de/#i_37

SONS - Production et propagation des sons

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER, 
  • Jean-Claude RISSET
  •  • 13 384 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'intérêt porté par l'homme aux phénomènes sonores remonte à la nuit des temps, mais cet intérêt ne fut pas dès l'origine d'ordre scientifique. Les premières recherches concernant les phénomènes sonores datent du vi e  siècle avant l'ère chrétienne, époque à laquelle l'école pythagoricienne se pencha sur le fonctionnement des cordes vibrantes et co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-production-et-propagation-des-sons/#i_37

VIOLON

  • Écrit par 
  • Émile LEIPP
  •  • 3 952 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le violon et sa musique »  : […] Les musiciens qui ont adopté le violon dès sa naissance sont des « rebecquets » ; on « en use en dancerie communément et à bonne cause [...] même en conduisant quelques noces ou mommerie » et « il se trouve peu de gens qui en usent sinon ceux qui en vivent par leur labeur » (Philibert Jambe de Fer, 1556). Le violon est donc l'instrument des « violo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violon/#i_37

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « MERSENNE MARIN - (1588-1648) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marin-mersenne/