SÉVÈRE ALEXANDRE MARCUS AURELIUS (208-235) empereur romain (222-235)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par sa mère, Julia Mamea, Sévère Alexandre appartient à la dynastie des Sévères. Il est choisi en 221 par son cousin germain Élagabal comme césar, ce qui lui donne droit à la succession impériale, mais l'empereur tente de revenir sur sa décision. Julia Mamea suscite alors en 222 une révolte des prétoriens qui coûte la vie à Élagabal. Aussitôt la cour impériale prend des mesures sévères contre les innovations de l'empereur assassiné. Sévère Alexandre, conseillé par sa mère, renvoie à Émèse la pierre noire du culte solaire, objet d'indignation pour les Romains traditionalistes. Les sénateurs entrent à nouveau en grâce auprès du pouvoir impérial et seize d'entre eux sont choisis pour former une sorte de conseil de régence auprès de Sévère Alexandre qui n'est âgé que de treize ans. Des juristes éminents, comme Ulpien, futur préfet du prétoire, Papinien, Herennius, Modestinus, prennent la place des anciens affranchis et administrent désormais judicieusement l'Empire. En 223, Julia Maesa, veuve de l'empereur Septime Sévère et grand-mère de Sévère Alexandre, meurt : elle avait dominé depuis plusieurs lustres les affaires publiques et privées de l'Empire romain, avait fait et défait, en secret, plusieurs empereurs.

Sévère Alexandre, bien conseillé, mène une politique hardie d'urbanisation et entreprend la construction de grands monuments, comme les Thermes qui bientôt s'élèvent sur l'emplacement du champ de Mars ; l'activité commerciale reprend car les provinces sont mieux protégées contre les Barbares ; des paysans-soldats sont en effet installés aux frontières et leurs fils devront obligatoirement s'enrôler dans l'armée. En dépit de ces succès, Sévère Alexandre est trop jeune encore pour pouvoir s'opposer avec efficacité aux exigences souvent criminelles des prétoriens ; ceux-ci exécutent Ulpien sous ses yeux en 228 et demandent la mort de l'ancien gouverneur de Pannonie, l'historien Dion Cassius, qui pourra échapper à ses bourreaux et se retirer en Bithynie, son pays natal. Aux frontières de l'Est, les Perses ont refait en 227 leur unité sous la conduite du roi des rois Ardachir ; en 231, ils pillent la Mésopotamie, assiègent Nisibe et pénètrent jusqu'en Cappadoce. Sévère Alexandre doit partir en campagne ; passant par l'Illyrie et la Thrace, il rassemble une troupe nombreuse. L'empereur séjourne ensuite à Antioche, mais des mutineries sporadiques éclatent parmi les soldats romains qui le jugent trop irrésolu. En dépit de ces troubles, les Perses finissent par être vaincus et l'Asie romaine est délivrée de leur joug. En 233, Sévère Alexandre, de retour à Rome, donne des jeux Persiques pour célébrer l'heureuse conclusion de la paix et offre un congiaire au peuple. Mais ces mesures ne réussissent pas à le rendre populaire : on lui reproche de demeurer sous la domination de sa mère Julia Mamea. Alors qu'il se trouve avec celle-ci à Mayence pour repousser les Germains en 235, ils tombent tous deux victimes d'une conjuration militaire organisée par le Thrace Caius Julius Verus Maximin. Avec la mort de Sévère Alexandre prend fin la dynastie des Sévères, empereurs militaires et « syriens ». Désormais les armes ne le céderont pas à la toge et les empereurs seront tous des officiers qui revêtiront la pourpre impériale dans le camp de leurs soldats.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Autres références

«  SÉVÈRE ALEXANDRE MARCUS AURELIUS (208-235) empereur romain (222-235)  » est également traité dans :

DYNASTIE DES SÉVÈRES : (193-235) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 354 mots

193 Septime Sévère, prétendant au pouvoir, marche sur Rome. Il devient empereur à la mort de Didius Julianus, qui avait lui-même éliminé Pertinax, le successeur de Commode. 194 Septime sévère bat son rival oriental, Pescennius Niger. Il en fera autant de Clodius Albinus à la bataille de Lyon, trois ans plus tard. 198 Campagnes de Septime Sévère contre les Parthes. Victoire totale et association […] Lire la suite

ÉLAGABAL VARIUS AVITUS BASSIANUS dit (204-222)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 558 mots

Empereur romain, ayant régné de 218 à 222, Élagabal (ou Héliogabale) doit son surnom au fait d'avoir été consacré Élagabal, dieu solaire d'Émèse, en 217. Par sa grand-mère Julia Maesa, sœur de Julia Domna, elle-même veuve de Septime Sévère, et par sa mère Soaemias, selon laquelle il aurait pour père Caracalla, Élagabal appartient à la dynastie des Sévères, issue de la province romaine de Syrie. C' […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les successeurs »  : […] L'aîné, Caracalla (211-217), violent et mégalomane, eut tôt fait de tuer le cadet, Geta (212). Cependant il conserva les conseillers de son père et suivit la même politique avec plus d'insolente brutalité. Les soldes militaires furent augmentées une nouvelle fois. Pour financer sa politique extérieure et ses constructions gigantesques (thermes de Rome), il doubla l'impôt sur les successions, exig […] Lire la suite

ULPIEN DOMITIUS ULPIANUS dit (mort en 223)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 459 mots

L'un des plus grands jurisconsultes romains, Ulpien, était d'origine provinciale. Il se rattache lui-même (Digeste, L, xv , 1, prol.) à la ville de Tyr en Syrie-Phénicie, élevée par Septime Sévère au rang de colonie romaine. D'après son nom de famille, Domitius, Ulpien appartenait peut-être à une vieille famille locale, depuis longtemps romanisée et qui aurait obtenu en même temps qu'un nom romain […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « SÉVÈRE ALEXANDRE MARCUS AURELIUS (208-235) - empereur romain (222-235) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-aurelius-severe-alexandre/