ÉLAGABAL VARIUS AVITUS BASSIANUS dit (204-222)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur romain, ayant régné de 218 à 222, Élagabal (ou Héliogabale) doit son surnom au fait d'avoir été consacré Élagabal, dieu solaire d'Émèse, en 217. Par sa grand-mère Julia Maesa, sœur de Julia Domna, elle-même veuve de Septime Sévère, et par sa mère Soaemias, selon laquelle il aurait pour père Caracalla, Élagabal appartient à la dynastie des Sévères, issue de la province romaine de Syrie. C'est donc en Asie Mineure qu'il voit le jour et qu'il passe son enfance. En 218, la légion d'Émèse proclame Élagabal auguste et empereur. Macrin, qui a accédé à la pourpre impériale en 217 au lendemain de l'assassinat de Caracalla, envoie des troupes contre l'usurpateur : celles-ci sont anéanties et Macrin est tué en Cappadoce ainsi que Diaduménien, son fils, qu'il a fait auguste. Élagabal profite de sa victoire pour purger l'armée et fait mettre à mort plusieurs gouverneurs des provinces d'Orient. Dès lors, tout en conservant son surnom d'Élagabal, l'empereur portera les noms de Marcus Aurelius Antoninus. Il fait son entrée à Rome en 219, à la tête d'un cortège d'eunuques et de danseurs et selon une pompe et des rites habituellement réservés aux souverains orientaux. Lui-même est vêtu de soie et sa tête est coiffée de la tiare, emblème solaire. Il introduit aussitôt le culte de la pierre noire d'Émèse à laquelle il dédie un temple sur le Palatin ; il y transporte également le feu de Vesta, l'image de Cybèle, la mère des dieux, les boucliers sacrés. Ce syncrétisme exotique déplaît aux sénateurs qui, par ailleurs, s'indignent de la dépravation des mœurs qui envahit Rome. Ils ont, d'ailleurs, d'autres motifs de mécontentement. En effet Élagabal, dès sa première visite au Sénat, installe sa mère auprès des consuls et fait donner un siège de sénateur à sa grand-mère, Julia Maesa, dont il subit l'influence ; pour réprimer les manifestations d'indignation, il persécute les sénateurs et en fait exécuter plusieurs. Un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  ÉLAGABAL VARIUS AVITUS BASSIANUS dit (204-222)  » est également traité dans :

DYNASTIE DES SÉVÈRES : (193-235) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 354 mots

193 Septime Sévère, prétendant au pouvoir, marche sur Rome. Il devient empereur à la mort de Didius Julianus, qui avait lui-même éliminé Pertinax, le successeur de Commode. 194 Septime sévère bat son rival oriental, Pescennius Niger. Il en fera autant de Clodius Albinus à la bataille de Lyon, trois ans plus tard. 198 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-des-severes-193-235-reperes-chronologiques/#i_6378

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Antiquité gréco-romaine »  : […] Peu de gens se rendent compte aujourd'hui qu'à l'origine de ce qui a été jusqu'à hier un des fondements de notre art, le nu, il y eut une disposition psychologique particulière des Grecs. Le culte de la nudité absolue était pour les Grecs une conséquence de leur idée de la perfection humaine ; il revêtait donc un aspect éthique, et non seulement physique ; conscients de ce qui était implicite dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_6378

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les successeurs »  : […] L'aîné, Caracalla (211-217), violent et mégalomane, eut tôt fait de tuer le cadet, Geta (212). Cependant il conserva les conseillers de son père et suivit la même politique avec plus d'insolente brutalité. Les soldes militaires furent augmentées une nouvelle fois. Pour financer sa politique extérieure et ses constructions gigantesques (thermes de Rome), il doubla l'impôt sur les successions, exig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_6378

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « ÉLAGABAL VARIUS AVITUS BASSIANUS dit (204-222) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/varius-avitus-bassianus-elagabal/