MALCOLM X MALCOLM LITTLE dit (1925-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malcolm X et la Nation de l'islam

Après sa sortie de prison, Malcolm X intègre la direction de la Nation de l'islam à l'heure de son apogée. Il rencontre Elijah Muhammad au siège de Chicago en 1952 et commence à mettre sur pied des temples à New York, Philadelphie et Boston ainsi que dans des villes du Sud. Il crée le journal de la Nation, Muhammad Speaks, qu'il imprime dans son garage, et oblige tous les hommes membres de la Nation à vendre un nombre donné de journaux dans la rue afin de recruter de nouveaux adhérents et de récolter des fonds. Il crée également la doctrine raciale du mouvement sur la cruauté intrinsèque des Blancs et la supériorité naturelle des Noirs.

Malcolm devient bientôt pasteur du temple numéro 11 de Boston, qu'il a lui-même fondé. Il recevra par la suite la charge de pasteur du temple numéro 7 de Harlem, le plus grand et le plus prestigieux des temples du mouvement, après celui de Chicago. Conscient de son talent et de ses compétences, Elijah Muhammad, qui apprécie particulièrement Malcolm X, en fait son bras droit en le nommant représentant national de la Nation de l'islam. Sous la direction de Malcolm, la Nation atteint 500 000 membres. Si ce nombre fluctue, l'influence de l'organisation dépassera toujours le nombre officiellement reconnu de ses membres.

Orateur de talent et organisateur infatigable, doté d'une personnalité charismatique, Malcolm X exprime la colère contenue, la frustration et l'amertume des Noirs américains pendant la principale phase du Mouvement pour les droits civiques, de 1955 à 1965. Il prêche dans les rues de Harlem et donne des conférences dans les plus grandes universités, telles Harvard et Oxford. Son intelligence vive, son esprit incisif et son radicalisme ardent en font un formidable critique de la société américaine. Il est également virulent envers le Mouvement pour les droits civiques et dénonce les principes d'intégration et de non-violence défendus par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de religion et d'études africaines au Vassar College, Poughkeepsie, New York

Classification

Autres références

«  MALCOLM X MALCOLM LITTLE dit (1925-1965)  » est également traité dans :

BLACK POWER

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 784 mots
  •  • 3 médias

C'est en 1966 que Stokely Carmichael, président du SNCC (Student Non-Violent Coordinating Committee), diffuse l'expression de Black Power ou pouvoir noir. Il n'est plus possible en effet d'attendre qu'on applique les lois, ni de se contenter de la promotion de quelques Noirs au sein de la société blanche américaine . Toute la communauté noire est alors incitée à lutter pour sa propre promotion, l […] Lire la suite

LEE HELTON JACKSON dit SPIKE (1957- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 3 291 mots

Dans le chapitre « Du communautarisme à l'ouverture sociopolitique »  : […] On peut affirmer que Malcolm X (1992) est un film d'approfondissement thématique et non de rupture : les divers éléments présents dans les premiers travaux du cinéaste s'y retrouvent dialectisés. Dès la fin des années 1960, Hollywood veut adapter à l'écran l'autobiographie de Malcolm X, parue en 1966. Spike Lee bataille des années afin d'hériter du projet. Dès l'ouverture de cette superproducti […] Lire la suite

Les derniers événements

États-Unis. « Marche d'un million d'hommes » à l'initiative du leader noir Louis Farrakhan. 16 octobre 1995

, l'organisation musulmane noire radicale fondée par Malcolm X. Louis Farrakhan est controversé, jusqu'au sein des élites noires, en raison de son discours antisémite, sexiste, sectaire, antihomosexuel et anticatholique. Au cours de cette « journée nationale de rédemption et de réconciliation », il dénonce […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lawrence MAMIYA, « MALCOLM X MALCOLM LITTLE dit (1925-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/malcolm-x/