MALADIES INFANTILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'hygiène alimentaire infantile

Si divers que soient les goûts et les traditions alimentaires, la prévention de l'anorexie et du conservatisme alimentaire passe par l'introduction d'une alimentation variée à côté de l'alimentation lactée, dès que cela est physiologiquement ou psychologiquement possible. Actuellement, rien ne s'oppose à ce que le nourrisson de six mois soit familiarisé avec l'alimentation par purées consistantes administrées à la cuillère et soit accoutumé à la saveur et à la consistance des quatre principaux aliments protidiques : œuf, viande, poisson, fromage.

La principale « carence aiguë » de l'enfant est la perte d'eau et de sel, particulièrement rapide en cas de vomissements et de diarrhée combinés. Une perte de poids de 10 p. 100 du corps, une température basse, des selles décolorées urineuses peuvent précéder une issue fatale, bien plus que les « selles vertes » et les « fortes fièvres » qui constituent la raison de tant d'appels intempestifs au médecin. En aucun cas, un état nauséeux et une diarrhée ne justifient un arrêt des tentatives d'administration d'eau sucrée par la bouche en attendant l'administration de liquides par voie veineuse sous surveillance médicale.

Pour un nourrisson, les besoins fondamentaux par vingt-quatre heures sont les suivants : un gramme de chlorure de sodium, un milliéquivalent de potassium, 100 centilitres d'eau et 100 calories par kilogramme de poids corporel. Alors que l'évolution des besoins en calories est sensiblement proportionnelle à la réduction de surface corporelle qu'entraîne la croissance, la répartition optimale entre les trois composants alimentaires reste très stable : un demi d'hydrates de carbone, un tiers de lipides, un sixième de protéines, soit trois grammes par kilogramme et par vingt-quatre heures.

Carence

Dessin : Carence

Effet d'une carence sur la taille : un déficit de la croissance suit une carence précoce. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'une des règles d'hygiène alimentaire les plus souvent enfreintes en pays évolué reste la nécessité de limiter impérativement la ration aux besoins de l'enfant. Pour l'avoir oublié, il est advenu qu'en 2007, en France, un enfant sur six est affecté d'obésité commençante (75 p. 100) ou confirmée (25 p. 100). Ce fléau touche essentiellement les pays développés mais tend à se propager aux pays émergents. La prévention de l'obésité, par un effort incessant d'éducation, de persuasion des parents, aux âges clefs de l'acquisition des habitudes alimentaires de dix à vingt-quatre mois, demeure l'une des tâches les plus urgentes – et les moins bien résolues – de la médecine moderne : le fait que cette situation coexiste avec la persistance du kwashiorkor en pays pauvre n'est pas le moindre des paradoxes de notre temps.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Conséquences des blocages des systèmes enzymatiques

Conséquences des blocages des systèmes enzymatiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Carence

Carence
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : pédiatre, attaché d'enseignement clinique à la faculté de médecine de Paris-Ouest

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Constantin MISSIRLIU, « MALADIES INFANTILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infantiles/