MAHĀSĀṆGHIKA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres d'une secte bouddhique du Petit Véhicule, les Mahāsāṇghika sont apparus en ~ 340 env., se faisant les adeptes des thèses soutenues par Mahādeva. Ce moine, regardé comme l'auteur de sūtra apocryphes, soutenait que l'arhat peut avoir des rêves érotiques, être en proie au doute et à l'ignorance touchant sa qualité d'arhat, être dirigé sur le chemin du salut par autrui et enfin s'écrier duḥkha (douleur) lorsqu'il est en méditation. Ces cinq propositions, appuyées par d'autres moines, auraient été à l'origine d'un concile tenu à Pātaliputra et marqué par la victoire finale des novateurs, qui auraient pris là le nom de Mahāsāṇghika (ceux de la Grande Assemblée). Ils se sont établis dans l'Inde septentrionale et, en petit nombre, au sud, dans les îles de la Sonde et en Chine, au Shǎnxi (selon le témoignage de Yijing au viie s.). Leur canon comportait cinq pitaka (corbeilles) : Vinayapitaka, Sûtrapitaka, Abhidharmapitaka, Kśūdrakapitaka et Dhāranīpitaka. On possède une version chinoise de leur Vinaya et une autre qui est sans doute une traduction de leur Ekottarāgama. Le Śāriputrābhidharmaśāstra, quoique d'obédience dharmaguptaka, contient beaucoup d'éléments à rapprocher des opinions mahāsāṇghika primitives.

Les Mahāsāṇghika se sont divisés très tôt en plusieurs sous-écoles, la plus importante étant celle des Lokottaravādin. Ces derniers, sur lesquels on possède notamment le témoignage de Xuanzang, distinguaient les dharma mondains (laukika) des dharma supramondains (lokottara), qui étaient les seuls à avoir une existence réelle. Les buddha appartiennent à cette catégorie. En réalité, ils n'ouvrent jamais la bouche, mais les êtres croient les entendre prêcher. Les bodhisattva peuvent avoir des naissances heureuses, mais aussi se projeter volontairement dans de mauvaises destinées pour y édifier les êtres. Parmi les autres sectes issues des Mahāsāṇghika figuraient les Ekavyavahārika, adeptes d'une sorte de subitisme et absorbés par les Lokottaravādin entre le ive et le ixe siècle, et les Gokulika, qui ont disparu à la même époque.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAHASANGHIKA  » est également traité dans :

BOUDDHIQUES CONCILES

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 1 137 mots

Plus que toute autre tradition bouddhique, la tradition concernant les conciles, du moins les premiers d'entre eux, est suspecte. Les sources à ce sujet sont constamment en désaccord, altérées par le merveilleux et l'invraisemblable. Et, surtout, elles ont été manipulées par les diverses écoles qui ont cherché, par là, à s'assurer une ancienneté qu'elles n'avaient pas, ou à authentifier des thèses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-bouddhiques/#i_26713

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les schismes et les sectes »  : […] La communauté monastique ne demeura unie que pendant un siècle après le Parinirvāṇa, puis elle se divisa en une vingtaine de sectes au cours des cinq ou six siècles qui suivirent. Si vives qu'aient été les querelles aboutissant à ces divisions, les relations demeurèrent en général assez bonnes entre les adhérents de ces divers groupes et ne donnèrent que rarement lieu à des conflits aigus. Le prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_26713

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'extinction du Buddha à Kaniṣka »  : […] De nos jours, les bouddhistes de Sri Lanka et de l'Asie du Sud-Est placent l'« extinction » ( nirvāṇa ) du Buddha en 543 avant J.-C. La critique moderne propose plusieurs hypothèses, en fonction, d'une part, de la date du sacre d' Aśoka (257 ou 267 av. J.-C.) et, d'autre part, d'une donnée de la tradition singhalaise qui place deux cent dix-huit ans entre le nirvāṇa et ce sac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_26713

HĪNAYĀNA ou PETIT VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Dominique TROTIGNON
  •  • 1 492 mots

Dans le chapitre « Le bouddhisme des origines »  : […] Le terme yāna lui-même est assez peu employé dans la littérature bouddhique ancienne et généralement dans son sens matériel de « char ». Quand il se rapporte à l'enseignement du Bouddha, il apparaît sous la forme de «  ekayāna  » (véhicule –  yāna , unique – eka ) pour signifier qu'il est le seul enseignement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hinayana-petit-vehicule/#i_26713

MAHĀDEVA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 412 mots

Moine bouddhiste dont la personnalité reste énigmatique, Mahādeva serait à l'origine, d'après de nombreuses sources, du premier schisme qui, à la connaissance des historiens, avait divisé la communauté ( samgha ) des disciples du Bouddha sans doute en ~ 340 environ. Face aux propositions qu'il défendait, les moines se seraient séparés en deux clans : ceux qui avec lui l'empor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahadeva/#i_26713

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « MAHĀSĀṆGHIKA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahasanghika/