MAHĀBALIPURAM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Descente du Gange, bas-relief de Mahabalipuram, Inde

La Descente du Gange, bas-relief de Mahabalipuram, Inde
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie

Temple du Rivage, Mahabalipuram, Inde, 2

Temple du Rivage, Mahabalipuram, Inde, 2
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Temple du Rivage, Mahabalipuram, Inde, 1

Temple du Rivage, Mahabalipuram, Inde, 1
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie


Sur la côte de Coromandel, à environ soixante-cinq kilomètres au sud de Madras, Mahābalipuram est, sans conteste, le site archéologique le plus célèbre de l'Inde méridionale.

Mahābalipuram, « cité du grand Bali » (un souverain mythique), est le nom actuel de l'antique Māmallapuram ou ville de Mahāmalla, le « Grand Lutteur », titre porté par le roi Narasimhavarman Ier (vers 630-668) à la suite de ses succès militaires. Un port existait là depuis longtemps, qui joua un rôle dans les relations commerciales internationales aux premiers siècles de notre ère, comme en témoignent les monnaies romaines qu'on y a découvertes. S'il ne fonda pas la ville à laquelle s'attacha son nom, Narasiṃhavarman lui conféra à coup sûr une importance nouvelle : tandis qu'il développait sa flotte, il fit de Mahābalipuram le port de sa capitale Kāñcípuram. Ce port contribua à la diffusion de la culture indienne vers Sri Lanka et l'Asie du Sud-Est.

Après la chute de la dynastie Pallava, à la fin du ixe siècle, le port demeura actif. Au xiie siècle on commença, pour l'abandonner peu après, la construction d'un temple dont la porte monumentale, inachevée, a été conservée. Il semblerait que le site ait été victime des éléments. Déserté, envahi par les sables, il ne garde aucune trace des bâtiments d'habitation que les hommes avaient élevés en matériaux fragiles ; seules subsistent les demeures des dieux, taillées dans la roche vive ou édifiées en pierre.

Grottes et bas-reliefs

La ville se développa autour d'une colline haute d'une trentaine de mètres et longue d'environ huit cents, s'étendant parallèlement au rivage, et autour d'une masse rocheuse de dimensions plus modestes située au sud de la précédente. Ce fut sur ces formations granitiques que travaillèrent directement ouvriers et sculpteurs suivant des procédés qu'aurait introduits dans le sud du Dekkan Mahendravarman Ier, père de Narasiṃhavarman. Une dizaine de grottes artificielles trouent les flancs de la colline ; elles se composent chacune généralement d'une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  MAHABALIPURAM  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux et évolution »  : […] C'est à Kāñcīpuram que la famille Pallava sort de l'ombre au iv e  siècle de notre ère. Rapidement elle établit son pouvoir sur la partie orientale du pays tamoul (Tamilnāḍu) et peu à peu son influence culturelle s'étend sur les régions avoisinantes dans l'extrême Sud. Son rôle politique prend fin dans les dernières années du ix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_333

PALLAVA

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 391 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Trois siècles de lutte pour la suprématie »  : […] Le Toṇḍaimaṇḍalam semble bien avoir été le berceau de la famille Pallava. Selon une tradition tardive, l'un de ses membres s'en serait proclamé le roi en même temps qu'il épousait la fille d'un chef de tribu aborigène. Des chartes sur cuivre écrites en moyen-indien à la fin du iii e siècle de notre ère – premiers documents sur la dynastie – font […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pallava/#i_333

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « MAHĀBALIPURAM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahabalipuram/