MA‘ASE BERESHIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On groupe sous l'appellation hébraïque de Ma‘ase Bereshit (qui veut dire « les œuvres de la création ») des écrits ésotériques ayant pour sujet des spéculations mystiques sur le premier chapitre de la Genèse. D'après des critères littéraires et doctrinaux, ils remontent probablement à la période de la Mishna (iie s.), dont plusieurs affirmations (notamment Hagiga, ii, 1) prouvent que ces enseignements circulaient dans les milieux de rabbins orthodoxes, quoique leur divulgation eût été catégoriquement interdite.

Le plus important traité de cet ensemble est la Berayta di Ma‘ase Bereshit (« tradition au sujet des œuvres de la création »), qui a été rédigée au xie siècle et incluse dans un ouvrage intitulé Le Livre de Raziel (Amsterdam, 1701), lequel renferme, suivant la tradition, les révélations faites par l'ange Raziel à Adam, le premier homme. L'emploi fréquent de certains noms d'anges, tel celui de Mikhael, le grand prêtre céleste, ainsi que la mention de nombreuses formules magiques, apparentent cependant de façon certaine ce traité aux textes du ier et du iie siècle. Les enseignements cosmologiques qu'il propose apparaissent également dans des écrits apocryphes, tels que le IVe Livre d'Ezra et l'Ascension d'Isaïe.

Cette mystique cosmologique précède la mystique de la Merkaba, qui la relaie à partir du iiie et du ive siècle. La méthode d'exposition des traités reste fidèle au genre du midrash : des citations scripturaires, juxtaposées, sont interprétées en fonction de doctrines préalablement définies, auxquelles les versets apportent des confirmations a posteriori. La pierre angulaire de cette mystique est la similitude entre la structure du monde et celle de l'âme : l'ascension de l'âme dans les mondes supérieurs permet en même temps l'actualisation de ses propres vertus spirituelles.

—  Gabrielle SED-RAJNA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MA'ASE BERESHIT  » est également traité dans :

ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 415 mots

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleazar-de-worms/#i_32053

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La mystique du Trône »  : […] Née en Palestine, la mystique juive évolua parallèlement à la religion exotérique ; les premiers écrits sont anonymes ou pseudépigraphes. Bien qu'aucun auteur n'ait été identifié avec certitude, on attribue un rôle actif à certains docteurs de la Mishna ( ii e - iii e s.), c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32053

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « MA‘ASE BERESHIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ma-ase-bereshit/