Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

M LE MAUDIT, film de Fritz Lang

M, un film remarquable et dérangeant

Peter Lorre dans <it>M le Maudit</it>, de F. Lang, 1931 - crédits : Horst von Harbou - Stiftung Deutsche Kinemathek/ AKG Images

Peter Lorre dans M le Maudit, de F. Lang, 1931

Le film offre d'abord le portrait très réaliste d'une métropole européenne au début des années 1930. Fritz Lang décrit minutieusement l'appareil d'État de la République de Weimar, le ministère de l'Intérieur et la Préfecture de police avec son débonnaire commissaire Karl Lohman et ses collaborateurs maniaques. Il y a ensuite la société parallèle des truands avec ses « syndicats », ceux des cambrioleurs, des faussaires, des proxénètes. Mais cette pègre est tout aussi organisée que la société officielle. Elle gère « la bourse des saucisses » et la soupe populaire. Le film présente, plus globalement, la population berlinoise et ses classes sociales : les cadres de l'État, les grands et les petits bourgeois, les commerçants, les mères de famille et les filles de rue. Enfin, il y a un assassin psychopathe, mais un assassin qui ressemble à Monsieur tout le monde. Peter Lorre incarne un Hans Beckert, timide et réservé. Il n'a rien des apparences du tueur en série.

Cette description d'une société au bord de la crise est servie par un mode narratif d'une extraordinaire virtuosité. Le film ne joue pas vraiment sur la surprise. La silhouette et l'identité sonore du meurtrier, son sifflement, sont livrées dès le départ. Mais le récit va cependant dévoiler son visage progressivement par un subtil dosage d'apparition et de dissimulation. Le principe général du scénario est fondé sur un montage parallèle qui entrelace les actions de la police et celles de la pègre organisée autour de son chef. Ce parallélisme est d'abord strict, lorsqu'on voit les réunions des uns et des autres constatant leur impuissance. Puis, il s'achève lorsque les truands envahissent l'immeuble et kidnappent le meurtrier.

Fritz Lang oppose donc deux stratégies d'enquêtes, deux méthodes. Il confronte aussi le crime organisé à la pathologie monstrueuse. Par là même, il pose le problème des limites de la psychiatrie et de la responsabilité individuelle et collective.

La force du film tient à la richesse de la composition de Peter Lorre et à la complexité du personnage, développée lors de sa confession finale, lorsqu'il décrit ses démons intérieurs.

Plus magistrale encore est la manière donc Fritz Lang utilise les techniques sonores dans ce premier long-métrage parlant. Il y a d' abord le leitmotiv sifflé, qui symbolise le meurtrier, les accents et timbres de voix de chacun des acteurs, le bruit de la circulation urbaine, l'orgue de barbarie qu'entend le vendeur de ballons aveugle. L'hystérie collective se manifeste par l'agitation des crieurs de journaux, les rumeurs de la foule, les altercations entre badauds. M est un film qui captive le regard, mais c'est avant tout un film qui s'écoute.

— Michel MARIE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer cet article

Michel MARIE. M LE MAUDIT, film de Fritz Lang [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Peter Lorre dans <it>M le Maudit</it>, de F. Lang, 1931 - crédits : Horst von Harbou - Stiftung Deutsche Kinemathek/ AKG Images

Peter Lorre dans M le Maudit, de F. Lang, 1931

Autres références

  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

    • Écrit par Alain GAREL
    • 6 489 mots
    • 5 médias
    ...». Ces « musiques de source » avaient généralement une fonction naturaliste. Cependant, elles pouvaient aussi, parfois, jouer un rôle dramaturgique. C'est le cas dans M (M le maudit), de Fritz Lang (1931) : l'assassin sifflote maladivement « Dans le hall du roi des montagnes » d'Edward Grieg, extrait...
  • LORRE PETER (1904-1964)

    • Écrit par Universalis
    • 267 mots

    Né le 26 juin 1904 à Rózsahegy, en Autriche-Hongrie Peter Lorre, de son vrai nom László Loewenstein, joue de petits rôles dans une troupe de théâtre allemande à partir de 1921. Il accède à la notoriété internationale lorsqu'il incarne un meurtrier d'enfants psychotique, au visage rond et à la voix...

Voir aussi