LYRE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné à l'un des plus anciens instruments à cordes. Dans l'Antiquité gréco-romaine, les cordes de la lyre, en nombre très variable (pentacorde, heptacorde, etc.), étaient pincées, frappées du bout des doigts ou jouées avec un plectre. La table d'harmonie de peau ou de bois était collée sur les bords de la caisse ; les deux bras imitaient deux cornes d'animaux et étaient maintenus par une traverse. On désigna cet instrument de noms divers : chelys, cithara, barbitos.

Au Moyen Âge, ce fut le nom d'une famille d'instruments à cordes à archet. Nous la trouvons dans le manuscrit Saint-Blaise (ixe s.). Elle a une caisse piriforme, à fond bombé ; la table s'amincit jusqu'au chevillier (elle est alors sans manche, ni éclisses) ; elle est monocorde (à l'origine). La table est percée de deux ouïes (chacune en demi-cercle) placées de part et d'autre du chevalet. La rubèbe est une variété de lyre qui fut fort en honneur. Les ménestriers s'en servaient pour faire danser dans les bals populaires et les fêtes.

Le rebec fut une sorte de lyre à deux ou trois cordes. La lira da braccio (xve et xvie s.), transition entre la vielle et le violon, est issue de la vielle et possédait deux bourdons et cinq cordes mélodiques accordées en quinte. L'instrument grave correspondant s'appelait lira da gamba ou lirone.

Signalons enfin que le crouth (crwth) irlandais est une sorte de lyre pincée à six cordes et à caisse plate, pouvant être jouée avec archet.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  LYRE, musique  » est également traité dans :

CRWTH GALLOIS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 180 mots

Le vocable gallois crwth désigne une lyre à archet du pays de Galles jouée du Moyen Âge au début du xix e  siècle. Ce terme est apparenté au latin chorus , à l'irlandais crot , crott ou cruit , au moyen anglais crouth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crwth-gallois/#i_14919

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modes, genres et instruments »  : […] Le v e  siècle, celui de Périclès, est pour la musique grecque aussi brillant que pour les autres arts. Du moins, les témoignages contemporains l'affirment-ils ; car de cet art fugitif il ne reste rien. Contrairement à ce qu'on a cru longtemps, il n'y avait encore à l'époque classique ni théorie ni notation, ou du moins, si une notation existait, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-theatre-et-musique/#i_14919

KINNÔR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 174 mots

Le kinnôr est la lyre hébraïque ancienne, l'instrument de musique du roi David. Selon l'historien juif romain Flavius Josèphe (37-100 ?), le kinnôr ressemblait à la kithara grecque : il possédait deux bras d'une seule pièce et une caisse de résonance ; le mot kinnôr a d'ailleurs été traduit par kithara dans l'Ancien Testament grec comme dans la Bible l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kinnor/#i_14919

KITHARA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 278 mots

La kithara est l'un des deux principaux types de lyres grecques antiques. Elle avait une table d'harmonie en bois et une caisse de résonance dont partaient deux bras creux reliés par une barre transversale. Trois, à l'origine, puis jusqu'à douze cordes étaient tendues entre cette barre et l'extrémité inférieure de l'instrument ; elles passaient sur un chevalet situé sur la t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kithara/#i_14919

LES MUSICIENS DANS L'ANTIQUITÉ (A. Bélis) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 060 mots

Imaginons toutes les partitions de Bach, de Haydn, de Mozart perdues ; de Beethoven, quelques bagatelles conservées ; de Wagner, seulement un ou deux livrets ; de Verdi, un bout d'air, et, d'inconnus qui le furent sans doute à peine moins de leur vivant, des pièces de circonstance peu inspirées ; quant aux instruments pour lesquels tous composèrent, deux ou trois claviers défoncés, un archet cassé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-musiciens-dans-l-antiquite/#i_14919

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « LYRE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyre-musique/