PAREYSON LUIGI (1918-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 4 février 1918 à Cueno, dans le Val d'Aoste, mort à Milan le 8 septembre 1991, Luigi Pareyson est sans conteste une des figures majeures de la philosophie italienne de la seconde moitié de ce siècle. Professeur d'esthétique à l'université de Turin de 1945 à 1964, avant d'y occuper la chaire de philosophie théorétique, il formera un très grand nombre d'élèves parmi lesquels on peut citer Umberto Eco et Gianni Vattimo. C'est très certainement autour de la notion d'interprétation qu'il est possible de trouver l'unité de l'œuvre protéiforme du philosophe. De ses premières recherches sur Karl Jaspers : La Filosofia dell'esistenza e Carlo Jaspers (1940) à sa dernière œuvre, Filosofia della libertà (1989, trad. franç., Ontologie de la liberté, 1998), Pareyson approfondira le « caractère herméneutique de la vérité » (Verità e interpretazione, 1971) : la relation de la personne à la vérité, du fini à l'absolu loin de se limiter à une « expression » de ce qui est historiquement advenu, est « révélation du non répétable », « ontologie de l'inépuisable ». Et c'est bien entendu à propos de sa réflexion sur l'œuvre d'art qu'une telle notion d'interprétation va prendre tout son relief. En 1954, il fait paraître son Estetica. Theoria della formatività, premier ouvrage d'une série qui va le faire connaître en tant que l'un des meilleurs esthéticiens italiens depuis Benedetto Croce. Sa « trilogie esthétique » (I Problemi dell' estetica, 1965 ; Teoria dell'arte, 1965 ; L'Esperienza artistica, 1974), ses Conversazioni di estetica, 1966 (traduction française, Conversations sur l'esthétique, 1992) et la direction de la Rivista di estetica vont l'amener à placer au centre de ses analyses la notion de « formativité » qui faisait défaut aux analyses de Croce et celle d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAREYSON LUIGI (1918-1991)  » est également traité dans :

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 430 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'interprétation comme fonction du temps »  : […] C'est ce primat du présent, si caractéristique de la virtuosité sous toutes ses formes, qu'affirmerait donc en fin de compte la recréation des œuvres anciennes conçue comme une authentique création : l'interprète ne ferait revivre les musiques évanouies que pour nous permettre de jouir plus intensément de l'instant présent. On voit les limites d'une telle perspective. Car tout se passe bien ici da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation-musicale/#i_98305

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « PAREYSON LUIGI - (1918-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-pareyson/