BINSWANGER LUDWIG (1881-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Kreuzlingen, dans le canton helvétique de Thurgovie, tout près de la ville allemande de Constance, dont il fréquenta le lycée (avant de faire ses études de médecine à Lausanne, puis à Heidelberg, enfin à Zurich), Ludwig Binswanger allait illustrer la recherche psychiatrique notamment avec sa Daseinanalyse (ou analyse existentielle) et travailler à fonder celle-ci dans une réflexion anthropologique originale en restant presque toute sa vie attaché au Sanatorium Bellevue de Kreuzlingen, fondé par son grand-père puis dirigé par son père, avant que lui-même n'en confiât la conduite, en 1956, à son propre fils. À la fin de ses études de médecine, en 1906, il entre comme assistant à la célèbre clinique Burghölzli de Zurich, que dirige Eugen Bleuler, et il soutient en 1907 sa thèse de doctorat, patronnée par C. G. Jung. En 1911, il prend la direction du Sanatorium Bellevue, clinique psychiatrique à laquelle il donne une réputation internationale, notamment en matière de thérapie des psychoses. Binswanger fut par là le premier à introduire la psychanalyse en Suisse (en 1919, il reconstitua la Société suisse de psychanalyse, disparue à la suite de la dissidence de Jung). Mais surtout, doué d'une culture amplement ouverte à la philosophie, aux arts, aux sciences, à la littérature, il s'illustra à Kreuzlingen par la diffusion de la Daseinanalyse.

Binswanger, qui fit la connaissance de Freud en 1913 et resta lié toute sa vie à celui-ci, a d'abord cherché sa propre théorie analytique en se référant au vécu corporel du malade. Il fit par la suite la découverte du courant phénoménologique et de l'existentialisme. Il s'intéressa aux travaux de Husserl, de Dilthey, de Bergson, de Scheler, de Kierkegaard, d'Eugène Minkowski (qui allait le faire connaître en France), de Maurice Merleau-Ponty et surtout de Heidegger, dont l'analytique [existentiale] du Dasein (Daseinanalytik) consiste à décrire la structure de l'existence humaine en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BINSWANGER LUDWIG (1881-1966)  » est également traité dans :

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Acheminement du sens, temps et stylistique de la présence »  : […] Le sens inconscient n'apparaît pas directement : il chemine à travers les résistances jusqu'à la conscience. C'est dire que l'interprétation se distingue à la fois d'un acte de suggestion et d'une explication. Le premier, comme l'a noté Binswanger, participe non d'un « comprendre », mais d'un « prendre à » ou d'un « prendre par » (prendre au mot, prendre par le sentiment). Il assigne donc le sujet […] Lire la suite

LE RITUEL DU SERPENT (A. Warburg)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 895 mots

Réfléchir aujourd'hui sur les fondements de l'histoire de l'art conduit nécessairement à lire et relire Aby Warburg (1866-1929). Son œuvre difficile, multiforme, éclatée, fut longtemps placée dans l'ombre de celle d'un autre historien de génie, Erwin Panofsky. Surtout, une part essentielle de sa pensée resta longtemps inaccessible, disséminée dans ses notes de travail, ses journaux et sa correspo […] Lire la suite

WARBURG ABY (1866-1929)

  • Écrit par 
  • Philippe-Alain MICHAUD
  •  • 2 391 mots

Dans le chapitre « Le détour hopi »  : […] En 1903, lors d'une fête de famille, Max se livrait à une imitation de son aîné, le représentant assis à son bureau, écrivant une étude sur la coutume des Médicis de porter des chaussettes blanches à pois bleus et l'expliquant par l'influence flamande. Le pseudo-Aby finissait par déclarer que son texte serait si dense et si complexe que personne ne le comprendrait jamais. Sur un mode moins facétie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles BALADIER, « BINSWANGER LUDWIG - (1881-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-binswanger/