MURATORI LUDOVICO ANTONIO (1672-1750)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et grand érudit italien, fondateur de l'historiographie moderne, né le 21 octobre 1672 à Vignola (Modène), mort le 23 janvier 1750 à Modène, Ludivico Antonio Muratori se forme à la méthode historique critique des mauristes français auprès de l'illustre liturgiste bénédictin Benedetto Bacchini, à Modène. Ordonné prêtre en 1694, il devient préfet de la Bibliothèque ambrosienne de Milan. C'est à cette époque qu'il publie les deux premiers tomes des Anecdota (1697-1698, « Les Anecdotes ») – recueil de textes découverts parmi les manuscrits de la bibliothèque, qui sera complété en 1713 par deux autres volumes. En 1700, il revient à Modène pour exercer la charge de bibliothécaire et archiviste à la cour ducale de Rinaldo Ier. Les litiges qui opposent la maison d'Este et le Saint-Siège sur la question de la propriété du territoire de Comacchio vont l'amener à se plonger, documents originaux à l'appui, dans l'examen d'un certain nombre de problèmes juridiques et idéologiques du Moyen Âge italien. Muratori conclut de ses recherches que cette période est au fondement de l'État moderne, même si, en homme du xviiie siècle, il continue à souscrire à l'idée qu'il s'agit d'une époque « barbare ». Se lançant alors dans l'exploration des archives disponibles, il s'adjoint la collaboration efficace de correspondants locaux pour compiler, dans ses Rerum Italicarum Scriptores, (28 vol., 1723-1751, « Chroniqueurs de la vie italienne »), chroniques, annales, journaux et documents juridiques illustrant l'histoire de la société médiévale italienne.

Parallèlement, Muratori travaille à la rédaction des Antiquitates Italicae Medii Aevi (6 vol., 1738-1742, « Antiquités de l'Italie médiévale »). Figure, parmi ces soixante-quinze dissertations, le Canon de Muratori, qui recense les écrits du Nouveau Testament tenus pour canoniques par l'Église du iie siècle. Muratori livre là son œuvre historique la plus haute en couleur et la plus perspicace, qui examine, avec beaucoup de finesse et fo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  MURATORI LUDOVICO ANTONIO (1672-1750)  » est également traité dans :

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] à Lucques et publié seulement au xviiie siècle à Milan par Ludovico Antonio Muratori. Il s'agit là du texte résumant le mieux le développement de la technique de la mosaïque et les effets de transparence chromatique sur pâte de verre réalisés au moyen d'oxydes métalliques (vert-de-gris, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_92224

ILLUMINISMO

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 908 mots

La spécificité de la philosophie des « Lumières » en italie se manifeste, sous l'appellation d'Illuminismo, par le relatif abandon de la spéculation métaphysique et de la recherche scientifique par la pensée philosophique. L'époque précédente avait été dominée par la philosophie galiléenne, ainsi que par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illuminismo/#i_92224

Pour citer l’article

« MURATORI LUDOVICO ANTONIO - (1672-1750) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovico-antonio-muratori/