GIORDANO LUCA (1632-1705)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Glorification de la famille Médicis, L. Giordano

Glorification de la famille Médicis, L. Giordano
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini

photographie

La Messe de saint Grégoire, L. Giordano

La Messe de saint Grégoire, L. Giordano
Crédits : Bridgeman Images

photographie


L'influence des caravagesques napolitains et celle de Ribera, qui inspire jusqu'au pastiche les premiers dessins de Luca Giordano, ne sont qu'une étape rapidement franchie par cet artiste fougueux, à l'imagination foisonnante, au tempérament passionné. Venu très jeune à Rome, il copie les maîtres (notamment les dessins de Cambiaso) avec une virtuosité qui lui vaut une grande réputation et son surnom de Luca fa presto ; il découvre la peinture vénitienne, Véronèse surtout, plus tard les dessins de Bassano, devient l'assistant de Pierre de Cortone, apprenant ainsi le secret des grands décors clairs, aux espaces ouverts, libérés des ombres et des tourments caravagesques. Sa carrière se déroule entre Naples, où il séjourne à plusieurs reprises (Santa Teresa a Chiaia, 1655 ; Sant'Agostino degli Scalzi, 1658 ; Les Marchands chassés du Temple, 1684, à San Filippo Neri ; Triomphe de Judith et scènes bibliques dans la chapelle du Trésor à San Martino, 1704) ; Florence (Apothéose des Médicis au palais Riccardi, 1684-1686) ; Venise (Histoire de l'ordre des Carmes, au Carmine ; Nativité et Présentation de la Vierge, Assomption, à Santa Maria della Salute, avant 1692) ; enfin l'Espagne, où il est appelé par Charles II (fresques à l'Escorial, à Tolède, à Madrid, 1692-1702). L'abondance de son œuvre, la richesse et la vitalité de son invention, le prestige qu'il connut en Italie et hors d'Italie font de Giordano une figure essentielle du baroque italien.

Glorification de la famille Médicis, L. Giordano

Glorification de la famille Médicis, L. Giordano

photographie

Luca Giordano, Glorification de la famille Médicis, détail d'une fresque réalisée en 1682. Voûte de la galerie du palais Medici-Riccardi, Florence. 

Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini

Afficher

La Messe de saint Grégoire, L. Giordano

La Messe de saint Grégoire, L. Giordano

photographie

Luca GIORDANO, La Messe de saint Grégoire, huile sur toile. Église de l'hôpital de Afuera, Tolède, Espagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIORDANO LUCA (1632-1705)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Répression des faux »  : […] L'accueil réservé aux faux au cours des âges fut très variable, et ce n'est que tardivement qu'ils ont été considérés comme des fraudes. Dürer, dans les poursuites qu'il fit en 1505 contre les faussaires vénitiens de ses gravures, obtint seulement du Sénat de la Sérénissime qu'il leur fût interdit d'utiliser son monogramme, non de mettre en vente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/#i_5132

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les domaines de l'« hispanidad » »  : […] Cette diversité du baroque espagnol se retrouve dans plusieurs domaines de l' hispanidad . Le Levant de la Péninsule (Valence et Murcie) s'ouvrit à la fin du xvii e siècle et au xviii e à d'autres influences baroques, encore mal étudiées. Du moins la parenté est-elle frappante avec le baroque d'Europe centrale, peut-être pour avoir puisé à des so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_5132

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « Renaissances » »  : […] Il semble que cette histoire si fragmentée ait empêché la Campanie d'être créatrice. Jusqu'au xvii e  siècle, ce sont des artistes étrangers ou venus d'autres régions de l'Italie qui vont déterminer sa physionomie. Aux xiii e et xiv e  siècles, les Français règnent en maîtres sur l'architecture (dôme d'Aversa, abside de San Lorenzo à Naples, plan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campanie/#i_5132

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 066 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/#i_5132

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « GIORDANO LUCA - (1632-1705) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luca-giordano/