SULLIVAN LOUIS HENRY (1856-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À lire les historiens de l'architecture, le nom de Sullivan (qui a pourtant peu construit) sonne comme l'emblème d'origine de la modernité architecturale américaine. Faut-il souscrire à ce jugement ?

Sullivan fait ses études au Massachusetts Institute of Technology (1870-1873) et à l'École des beaux-arts de Paris (1874-1878). À Chicago, il suivra les cours de William Le Baron Jenney. En 1879 il entre au bureau de Dankmar Adler, remarquable ingénieur, et deux ans plus tard devient son associé. Les premiers buildings de Sullivan (et Adler) sont visiblement inspirés de Richardson (style néo-roman italien) et n'offrent pas de grandes innovations. Même l'Auditorium Building à Chicago, qui le fait connaître (c'est un travail gigantesque qui prendra quatre ans, de 1886 à 1889), n'a rien du purisme rationaliste qui intéressera dans son œuvre les architectes du xxe siècle : le bâtiment n'est pas très élevé, l'extérieur (sobre et néo-roman) est radicalement opposé à l'intérieur (débauche d'ornements) qui participe de l'Art nouveau. Les premiers grands travaux de Sullivan reprennent en le radicalisant le principe de Jenney : ils avouent plus nettement l'ossature de métal (ils annoncent le mur-rideau, bien que les fenêtres soient encore en retrait par rapport aux poutres métalliques porteuses) et leur verticalité en fait les premiers gratte-ciel. Du Wainwright Building de Saint-Louis (1890-1891) au Guarantee Trust Building de Buffalo (1894-1895), la construction gagne en légèreté : les éléments porteurs sont plus fins et moins enrobés ; il y a moins de « remplissage » inutile. C'est ce principe d'économie qui incite Sullivan à réviser sa conception outrancière de l'utilisation de l'ornement : « Ce serait tout à fait pour notre bien, du point de vue esthétique, si nous renoncions complètement, pendant quelques années, à utiliser l'ornement, de manière à ce que notre pensée pu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SULLIVAN LOUIS HENRY (1856-1924)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « États-Unis »  : […] John La Farge et Louis Comfort Tiffany mettent au point dans les années 1880 une nouvelle sorte de verre opalescent, coloré par des oxydes métalliques, qui provoquera une renaissance de l'art du vitrail aux États-Unis et en Europe. Tiffany profitera du développement de l'éclairage électrique pour créer des abat-jour en vitrail pour lampes. En 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_15645

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 008 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Louis Sullivan »  : […] Mais c'est Louis Sullivan (1856-1924) qui représente à juste titre la figure dominante de l'École de Chicago. Grand admirateur du poète Walt Whitman, il entend comme lui célébrer dans ses œuvres la démocratie américaine pour tenir à distance l'héritage de l'Europe « féodale ». Son fonctionnalisme résumé dans la célèbre devise « la forme découle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_15645

MAISONS DE LA PRAIRIE DE FRANK LLOYD WRIGHT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 542 mots

1889 Maison Wright, Oak Park, Illinois. La maison personnelle de F. L. Wright est à l'origine de petites dimensions ; il l'agrandira en 1895-1898. Elle s'inspire de l'architecture traditionnelle américaine, notamment du shingle style (utilisation du pan de bois). L'architecte n'a que vingt ans. 1891 Maison Charnley, Chicago. Wright construit cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maisons-de-la-prairie-de-frank-lloyd-wright-reperes-chronologiques/#i_15645

ORGANIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Bruno ZEVI
  •  • 3 077 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cinq courants »  : […] Il ne saurait être rendu compte du mouvement organique à l'aide de données rigoureuses et d'une chronologie systématique, car ses partisans se défient de toutes les formules rappelant les « ismes » dérivés du cubisme. Toutefois, comme nous l'avons indiqué plus haut, il est possible de distinguer cinq courants, qui souvent se mêlent et convergent : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-organique/#i_15645

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « SULLIVAN LOUIS HENRY - (1856-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-henry-sullivan/