LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Li Cheng à Guo Xi

Les plus belles des œuvres traditionnellement attribuées à Li Cheng, outre le Temple dans la montagne, mentionné plus haut, lui sont toutes des peintures postérieures d'un siècle au moins. La Forêt hivernale (collection de l'Ancien Palais, Taiwan), la Lecture de la stèle (collection Abe, Ōsaka) lui sont attribuées pour la simple raison que leur sujet (arbres dénudés) et leur construction spatiale en pingyuan avec horizon bas répondaient à un certain cliché théorique dont on se sert pour définir son art. La manière de ces œuvres, surtout en ce qui concerne la dernière, se situe en fait dans l'orbite plus baroque et expressionniste de Guo Xi. Mais, d'un autre côté, nous savons précisément par les sources littéraires que Guo fut avant tout influencé par Li Cheng. Comment devrait exactement se dessiner la courbe d'évolution qui conduit de Li à Guo ? Dans ce qui paraît aujourd'hui spécifique de la manière de Guo, quelle est en fait la part d'innovation de la part d'héritage ? L'étude exhaustive du problème de Li Cheng reste à faire ; mais elle soulèvera probablement plus de questions qu'elle n'en résoudra et, moins qu'à une monographie sur un artiste, elle aboutira plutôt à un essai de méthodologie, discutant de façon critique la validité de l'usage qui peut être fait des sources littéraires dans l'étude de la peinture chinoise ancienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  LI CHENG [ LI TCH'ENG ] ET FAN KUAN [ FAN K'OUAN ] ( X e -XI e s.)  » est également traité dans :

GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 342 mots

Dans le chapitre « Tradition et innovation »  : […] La dette de Guo Xi envers ses grands devanciers, Li Cheng et Fan Kuan (dont la majesté statique et l'objectivité impassible correspondent véritablement à un classicisme), est évidemment considérable. Si l'on en croit les sources littéraires, c'est l'influence de Li Cheng qui dut surtout primer (l'importance du phénomène est difficile à évaluer aujourd'hui, l'œuvre de Li Cheng étant particulièreme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/li-fan/