LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lev Landau

Lev Landau
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Petr Kapitsa

Petr Kapitsa
Crédits : Hulton Getty

photographie


L'œuvre scientifique et les publications

Lev Landau possédait, en matière de recherche, une étonnante intuition. Ses méthodes étaient très efficaces et d'une rare simplicité. Il utilisait un minimum d'appareil mathématique, même s'il n'hésitait pas à recourir à des modèles mathématiques complexes le cas échéant.

Cet homme éminent est parvenu à des résultats appréciables dans presque tous les domaines de la physique. Certains portent son nom, comme c'est le cas pour le diamagnétisme (op. cit.).

En 1933, au cours des travaux sur la susceptibilité magnétique à basse température, il introduit la notion de l'antiferromagnétisme (le terme lui-même apparaîtra plus tardivement), qu'il définit comme étant la phase hypothétique par laquelle passe le paramagnétisme à une température donnée, la température de Néel.

En 1933, Landau publie un ouvrage qui sert de point de départ à la théorie des polarons, niveaux d'énergie électroniques dans le puits de potentiel créé par la polarisation du réseau cristallin. Cette théorie a été développée en 1948, avec la collaboration de S. Pekar.

En 1936, il développe avec E. Lifshits la théorie sur la formation de domaines présentant une aimantation différente dans les ferromagnétiques.

En 1937, Landau publie deux ouvrages concernant la théorie des transitions de phase de deuxième espèce. Aujourd'hui, cette théorie porte son nom. Elle a servi de point de départ à l'une de ses plus brillantes réalisations, le développement de la théorie macroscopique de la supraconductivité (en commun avec V. Guinsbourg, en 1950). Les propriétés de l'équation Guinsbourg-Landau ont suscité d'importants travaux sur la théorie des équations non linéaires.

Travaillant sur les transitions de phases, il prévoit l'existence des pulsars dès 1938.

Toutes ces recherches conduisent Lev Landau à développer la théorie de la superfluidité de l'hélium II (1941-1944), phénomène découvert par Piotr Kapitsa en 1937. Ses travaux ont eu une répercussion très grande dans le domaine de la physique de l'état condensé.

Au cours des dernières années de son activité scientifique, il a élaboré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)  » est également traité dans :

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Phénomènes critiques »  : […] Lorsqu'on passe de l'optique à la physique des substrats matériels, ces quatre types de considérations peuvent être considérablement généralisés et confirmés. Ils constituent une part essentielle de la physique actuelle. Considérons par exemple un phénomène critique comme un phénomène de transition de phase. C'est un cas élémentaire d'auto-organisation de la matière puisque, à la traversée d'une v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_14602

GINZBURG VITALY (1916-2009)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 378 mots

Le physicien théoricien russe Vitaly Lazarevitch Ginzburg est né le 4 octobre 1916 à Moscou. Après des études à l'université de Moscou, il travaille dès 1940 à l'Institut de physique de l'Académie soviétique des sciences à Moscou, puis à Kazan lorsque cet institut est évacué à la suite de l'entrée en guerre de l'U.R.S.S. en 1941. C'est dans cet institut (qui devient l'institut Lebedev) qu'il effec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitaly-ginzburg/#i_14602

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les parois »  : […] Bon nombre d'applications importantes des matériaux doux (machines tournantes, alternateurs, mémoires à bulles, etc.) ne mettent en jeu que les déplacements de parois. Ces parois ne sont pas des surfaces géométriques séparant deux domaines d'aimantation spontanée M s 1 et M s 2 , mais des sortes de murs d'épaisseur finie, à l'intérieur desquels l'aimantation spontanée tourne progressivement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_14602

MATIÈRE (physique) - Plasmas

  • Écrit par 
  • Patrick MORA
  •  • 7 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Propagation d'ondes dans les plasmas »  : […] Les plasmas sont le siège de phénomènes ondulatoires très variés, en particulier en présence d'un champ magnétique brisant le caractère isotrope du plasma. Au moins pour les ondes de faible amplitude, on peut toujours se ramener à l'étude des ondes planes où toutes les grandeurs associées à l'onde, champ électrique, champ magnétique, perturbation de densité, etc., s'écrivent sous la forme A( r ,t) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-plasmas/#i_14602

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 909 mots
  •  • 7 médias

Les premières transitions de phase observées ont été des changements d'état tels que la fusion de la glace ou la vaporisation de l'eau. Lors d'un changement d'état, le système, au sens de la thermodynamique, se présente comme la réunion de deux sous-systèmes homogènes possédant des propriétés distinctes. On appelle phase chacun de ces sous-systèmes. Plus précisément, une phase est une partie homo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/#i_14602

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 5 816 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Condensation de Bose-Einstein et modèle à deux fluides »  : […] La superfluidité est une propriété essentiellement quantique. Fritz London a calculé la température à laquelle une condensation de Bose-Einstein pouvait avoir lieu dans un hypothétique gaz parfait d'hélium 4 qui aurait la même densité que le liquide. Il était conscient qu'il s'agissait d'une approximation grossière, mais il trouva 3,09 K – ce qui n'était pas très éloigné de 2,2 K, le point lambda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_14602

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est comparable à l'écoulement non visqueux de l'hélium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_14602

Voir aussi

Pour citer l’article

Yakov SMORODINSKI, « LANDAU LEV DAVIDOVITCH - (1908-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lev-davidovitch-landau/