LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lev Landau

Lev Landau
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Petr Kapitsa

Petr Kapitsa
Crédits : Hulton Getty

photographie


Physicien soviétique, Lev Landau se spécialise dans les travaux sur le diamagnétisme et sur l'antiferromagnétisme, domaine nouveau qu'il est le premier à explorer.

Ces recherches sur les transitions de phase le conduisent tout droit à la nouvelle physique de la matière condensée du xxe siècle, avec des travaux sur l'hélium ainsi que sur les phénomènes de superfluidité et de supraconductivité.

Couronné par le prix Nobel en 1962, Lev Landau laisse derrière lui un cours de physique théorique en sept volumes que les étudiants et les physiciens du monde entier connaissent.

Lev Landau

Lev Landau

Photographie

Le Soviétique Lev Davidovitch Landau (1908-1968), premier physicien à étudier le diamagnétisme et l'antiferromagnétisme, a reçu le prix Nobel de physique en 1962 pour sa contribution à la compréhension des états condensés de la matière. 

Crédits : Fox Photos/ Getty Images

Afficher

Une carrière remarquable

Lev Landau est né le 22 janvier 1908 à Bakou, au bord de la mer Caspienne, centre pétrolier en pleine expansion. Son père était ingénieur et travaillait dans une compagnie pétrolière. Sa mère était médecin. Lev Landau se passionne très tôt pour les sciences. Il est à peine âgé de treize ans lorsqu'il termine ses études secondaires. Trop jeune pour entrer à l'université, il commence, à la demande de ses parents, des études d'économie dans une école technique supérieure, qu'il abandonne un an plus tard pour s'inscrire à l'université. Il y suivra simultanément les cours des facultés de chimie et de physique.

Le jeune Landau, avide de savoir, n'est pas satisfait par la qualité de l'enseignement dispensé à Bakou. Il part en 1924 pour Petrograd, où il s'inscrit à la faculté de physique.

Il y rencontre des jeunes gens de talent qui vont devenir par la suite de grands théoriciens : V. Ambartsoumian, G. Gamov, M. Bronstein, D. Ivanenko. En 1928, Lev Landau a dix-neuf ans, il est diplômé de l'université de Petrograd et obtient une bourse pour préparer une thèse à l'Institut physico-technique de Leningrad. Deux ans plus tard, il effectue son premier voyage à l'étranger. Il est déjà l'auteur de deux ouvrages consacrés à la mécanique quantique. Il est donc accueilli en tant que savant au laboratoire de Niels Bohr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)  » est également traité dans :

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Phénomènes critiques »  : […] Lorsqu'on passe de l'optique à la physique des substrats matériels, ces quatre types de considérations peuvent être considérablement généralisés et confirmés. Ils constituent une part essentielle de la physique actuelle. Considérons par exemple un phénomène critique comme un phénomène de transition de phase. C'est un cas élémentaire d'auto-organisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_14602

GINZBURG VITALY (1916-2009)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 378 mots

Le physicien théoricien russe Vitaly Lazarevitch Ginzburg est né le 4 octobre 1916 à Moscou. Après des études à l'université de Moscou, il travaille dès 1940 à l'Institut de physique de l'Académie soviétique des sciences à Moscou, puis à Kazan lorsque cet institut est évacué à la suite de l'entrée en guerre de l'U.R.S.S. en 1941. C'est dans cet ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitaly-ginzburg/#i_14602

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les parois »  : […] Bon nombre d'applications importantes des matériaux doux (machines tournantes, alternateurs, mémoires à bulles, etc.) ne mettent en jeu que les déplacements de parois. Ces parois ne sont pas des surfaces géométriques séparant deux domaines d'aimantation spontanée M s 1 et M s 2 , mais des sortes de murs d'épaisseur finie, à l'intérieur desquels l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_14602

MATIÈRE (physique) - Plasmas

  • Écrit par 
  • Patrick MORA
  •  • 7 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Propagation d'ondes dans les plasmas »  : […] Les plasmas sont le siège de phénomènes ondulatoires très variés, en particulier en présence d'un champ magnétique brisant le caractère isotrope du plasma. Au moins pour les ondes de faible amplitude, on peut toujours se ramener à l'étude des ondes planes où toutes les grandeurs associées à l'onde, champ électrique, champ magnétique, perturbation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-plasmas/#i_14602

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 909 mots
  •  • 7 médias

Les premières transitions de phase observées ont été des changements d'état tels que la fusion de la glace ou la vaporisation de l'eau. Lors d'un changement d'état, le système, au sens de la thermodynamique, se présente comme la réunion de deux sous-systèmes homogènes possédant des propriétés distinctes. On appelle phase chacun de ces sous-système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/#i_14602

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 5 816 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Condensation de Bose-Einstein et modèle à deux fluides »  : […] La superfluidité est une propriété essentiellement quantique. Fritz London a calculé la température à laquelle une condensation de Bose-Einstein pouvait avoir lieu dans un hypothétique gaz parfait d'hélium 4 qui aurait la même densité que le liquide. Il était conscient qu'il s'agissait d'une approximation grossière, mais il trouva 3,09 K – ce qui n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_14602

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est compar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_14602

Voir aussi

Pour citer l’article

Yakov SMORODINSKI, « LANDAU LEV DAVIDOVITCH - (1908-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lev-davidovitch-landau/