GINZBURG VITALY (1916-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le physicien théoricien russe Vitaly Lazarevitch Ginzburg est né le 4 octobre 1916 à Moscou. Après des études à l'université de Moscou, il travaille dès 1940 à l'Institut de physique de l'Académie soviétique des sciences à Moscou, puis à Kazan lorsque cet institut est évacué à la suite de l'entrée en guerre de l'U.R.S.S. en 1941. C'est dans cet institut (qui devient l'institut Lebedev) qu'il effectue toutes ses recherches. Il enseigne aussi quelque temps à l'université Gorki.

Après des recherches théoriques sur les représentations de particules de spin élevé, il tente dès 1943 d'adapter à la supraconductivité la théorie que Lev Landau avait proposée deux ans plus tôt pour décrire le phénomène de superfluidité. Après des années d'effort, il publie en 1950 avec Landau une analyse théorique radicalement nouvelle dans laquelle une fonction complexe joue le rôle de paramètre d'ordre dont les variations décrivent le passage d'un solide de son état normal à l'état supraconducteur. Sept ans plus tard, la théorie de l'appariement des électrons à basse température permettra à John Bardeen, Leon Cooper et John Schrieffer de donner une explication plus fondamentale de l'effet physique, qui ne contredit en rien la théorie plus phénoménologique de Ginzburg-Landau.

Outre son résultat le plus célèbre qui lui vaudra de partager le prix Nobel de physique en 2003 avec Alexei Abrikosov et John Leggett, Ginzburg a aussi contribué de façon importante au développement de la radioastronomie, en étudiant en particulier la propagation des ondes dans les plasmas et les rayonnements solaires.

Dénoncé comme « cosmopolite » pendant la période stalinienne, Ginzburg échappe de peu à la vague d'arrestations de 1947. Extrêmement actif contre l'antisémitisme après la chute du communisme, il participe en 1996 à la fondation du Congrès juif russe, organisation qui milite en faveur de l'État d'Israël. Athée convaincu et militant, il exprime sa foi en la seule science mais soutient l'affirmation d'une identité juive laïque.

Vitaly Ginzburg est décédé le 8 novembre 2009 dans sa ville natale.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  GINZBURG VITALY (1916-2009)  » est également traité dans :

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 909 mots
  •  • 7 médias

Les premières transitions de phase observées ont été des changements d'état tels que la fusion de la glace ou la vaporisation de l'eau. Lors d'un changement d'état, le système, au sens de la thermodynamique, se présente comme la réunion de deux sous-systèmes homogènes possédant des propriétés distinctes. On appelle phase chacun de ces sous-système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/#i_38367

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est compar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_38367

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « GINZBURG VITALY - (1916-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitaly-ginzburg/