QUELLIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dynastie d'artistes anversois dont plusieurs membres ont tenu une place importante au xviie siècle, les Quellin comptent des peintres, des graveurs et des sculpteurs. Le représentant le plus notable de la famille est le peintre Erasmus Quellin (1607-1678). Élève de son père, sculpteur, qui portait le même prénom, Erasmus Quellin devint rapidement le collaborateur de Rubens, travaillant avec lui dès 1635 pour la décoration des rues d'Anvers exécutée en l'honneur de l'entrée de Ferdinand d'Autriche. Devenu le peintre officiel de la ville, Erasmus Quellin multiplie les compositions : décors de fêtes, projets d'estampes, maquettes de tapisseries. Les musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles possèdent ainsi une série de petits modèles, des Scènes de batailles, qui sont destinés à une suite de tapisseries, tissées à Bruxelles, pour le prince de Tour et Taxis (une série de tapisseries existe, ainsi que les cartons à grandeur d'exécution, au château des Tour et Taxis, à Ratisbonne). Proche de Rubens dans sa manière de peindre, Quellin s'en distingue pourtant par une facture moins impétueuse, soignée et tranquille.

Erasmus Quellin eut un fils, Jan-Erasmus, peintre comme lui (1634-1715). C'était également un décorateur ; les abbayes belges formèrent l'essentiel de sa clientèle. Plus important est le frère d'Erasmus, le sculpteur Artus Quellin, dit le Vieux (1609-1668). Il avait travaillé à Rome auprès de François Duquesnoy ; cette formation lui laissa une empreinte durable, comme on le voit par les décors de l'hôtel de ville d'Amsterdam, qu'il exécuta ou dont il dirigea l'exécution de 1650 à 1664.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  QUELLIN LES  » est également traité dans :

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Architecture et sculpture »  : […] La seconde moitié du xvii e  siècle n'est pas riche en architectes transcendants ni en édifices importants. Dans l'architecture profane, on assiste à une tendance vers le classicisme qui est bien dans l'esprit du temps. On ne construit plus de maisons nouvelles à partir de 1650. Dans le domaine religieux, à Anvers, on s'attache plutôt à décorer certaines églises existantes qu'à en bâtir des nouvel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « QUELLIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quellin/