Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRAIRIES LES, Canada

Paysage de badlands, sud de l’Alberta - crédits : Étienne Rivard

Paysage de badlands, sud de l’Alberta

La région des Prairies, au Canada, correspond à deux réalités concomitantes. Il s’agit d’abord d’un ensemble biogéographique marqué par la présence dominante des graminées, par un climat continental sec (des hivers rudes et de grands écarts de température saisonnière) et un relief généralement plat et homogène, bien que vallonné par endroits. Cette région naturelle appartient aux Grandes Plaines de l’Amérique du Nord, dont la majeure partie se trouve aux États-Unis. Il s’agit également d’une région sociopolitique composée de trois provinces, soit, d’est en ouest, le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta.

Les prairies naturelles recouvrent la partie méridionale de cet ensemble politique, alors que sa partie septentrionale est occupée essentiellement par la forêt boréale et caractérisée par un relief plus accidenté et hétérogène découlant d’une géomorphologie glaciaire (glaciations du Quaternaire) et de la présence géologique du bouclier précambrien. Les provinces des Prairies sont bordées à l’est par la province de l’Ontario (Canada central), au sud par la frontière internationale avec les États-Unis (49e parallèle), au nord par le 60e parallèle et à l’ouest par le contrefort des montagnes Rocheuses, partie intégrante de la Cordillère nord-américaine.

Selon les données du recensement (Statistique Canada, 2016), le nombre d’habitants de la région affichait une croissance généralement supérieure à la moyenne nationale entre 2011 et 2016 et représentait, en 2016, environ 18 p. 100 de la population canadienne. La distribution de la population des Prairies est toutefois inégale, l’Alberta abritant presque les deux tiers des effectifs, avec une croissance, une densité et un taux d’urbanisation plus prononcés que dans le Manitoba ou la Saskatchewan. Malgré ces différences locales, le milieu urbain des Prairies dans son ensemble se distingue des autres aires urbaines canadiennes par le poids démographique significatif des populations autochtones. Les villes de Winnipeg (Manitoba) et d’Edmonton (Alberta) viennent d’ailleurs au premier et au deuxième rang à l’échelle nationale en termes d’effectifs autochtones ; les principales villes de la Saskatchewan (Régina et Saskatoon) affichent également des proportions autochtones nettement supérieures à la moyenne des villes au pays.

Paysage de <em>cash grain farming</em>, Canada - crédits : All Canada Photos/ Alamy/ Hemis

Paysage de cash grain farming, Canada

La portion méridionale de l’ensemble sociopolitique des Prairies est particulièrement propice à l’agriculture (Manitoba et Saskatchewan) et à l’élevage (Alberta), faisant d’elle le grenier à grains du Canada. Si le blé reste le roi incontesté des espèces cultivées, il s’accompagne aujourd’hui d’autres produits céréaliers (seigle ou avoine) ou oléagineux, tels le canola (variété de colza) ou le soja. Ce n’est toutefois pas avant la fin du xixe siècle et le tournant du xxe que la région se voit conférer sa fonction agricole. Avant cela, seule la vallée de la rivière Rouge – dans sa partie britannique, devenue canadienne en 1870, soit la région métropolitaine actuelle de Winnipeg au Manitoba – montrait une activité agricole digne de ce nom. Au moment de l’entrée du Manitoba dans la Confédération en 1870, cette région spécifique des Prairies était peuplée d’environ 12 000 âmes – la très grande majorité appartenant à la Nation métisse, groupe autochtone né du métissage entre les traiteurs eurocanadiens de la fourrure et des femmes des Premières Nations – qui y vivaient d’une économie mixte fondée sur des activités agraires de subsistance complétées notamment par le commerce itinérant et les grandes chasses au bison. L’isolement géographique limite alors beaucoup la vente de surplus agricole. Ce n’est donc qu’à la fin du xixe siècle, avec le développement du chemin de fer – et l’amélioration des techniques d’irrigation – que la conversion vers une économie essentiellement[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur adjoint en géographie, université de Saint-Boniface à Winnipeg, Manitoba (Canada)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Paysage de badlands, sud de l’Alberta - crédits : Étienne Rivard

Paysage de badlands, sud de l’Alberta

Paysage de <em>cash grain farming</em>, Canada - crédits : All Canada Photos/ Alamy/ Hemis

Paysage de cash grain farming, Canada

Puits de pétrole, sud de la Saskatchewan - crédits : Étienne Rivard

Puits de pétrole, sud de la Saskatchewan

Autres références

  • ALBERTA PROVINCE D'

    • Écrit par Randy WIDDIS
    • 1 819 mots
    • 2 médias
    ...avec la Saskatchewan et le Manitoba, certains éléments de son histoire et de sa géographie la différencient nettement de ces deux autres provinces de la grande région des Prairies. Comme elles, l’Alberta comporte des prairies, des forêts-parcs et des zones naturelles du bouclier canadien, mais une partie...
  • CANADA - Cadre naturel

    • Écrit par Pierre DANSEREAU, Henri ROUGIER
    • 5 723 mots
    • 10 médias
    Les Prairies, inscrites géologiquement entre le bouclier et le système montagneux occidental, sont assimilées aux plaines de l'intérieur. Immense corridor s'ouvrant vers l'océan Arctique grâce au bassin hydrographique du Mackenzie, ce monde de croupes et d'incommensurables étendues...
  • CANADA, économie

    • Écrit par Serge COULOMBE
    • 7 923 mots
    La culture du blé et l’élevage ont été au cœur du développement économique des provinces des Prairies, le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta, depuis les années 1870. Le Canada est encore aujourd’hui l’un des plus grands exportateurs de blé. L’élevage bovin est très important en ...
  • CANADA - Espace et société

    • Écrit par Anne GILBERT
    • 12 678 mots
    • 5 médias
    ...Une immense plaine parsemée de fermes solitaires, de petits hameaux, de quelques centres régionaux de services et de cinq villes plus importantes : les Prairies canadiennes sont un pays de distance, de dispersion et d’isolement. Cette région intérieure du Canada, grenier à blé devenu exportateur de pétrole,...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi