MILLE & UNE NUITS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tenu pour un chef-d'œuvre de la littérature universelle, l'ensemble désigné sous le titre arabe de Alf layla wa layla (Mille et Une Nuits) a connu une aventure singulière. Un schéma narratif de base, né probablement en Inde, a exercé un véritable effet d'attraction sur des compositions diverses – romans d'amour, épopées guerrières, relations de voyage, récits, contes et fabliaux – qui se sont juxtaposées au long des siècles. Les Arabes contribuent d'une manière décisive à la constitution de ce corpus, tout en le maintenant en marge de leur culture. Et c'est un traducteur français qui révèle une œuvre qui ne cesse de peupler l'imaginaire occidental et de nourrir les représentations d'un Orient le plus souvent exotique.

Le substrat indien et persan

La première mention des Nuits se trouve dans les Prairies d'or (Murūǧ al-ḏahab) d'al-Mas‘ūdī (mort en 956). Parmi les traductions en arabe d'ouvrages indiens, persans et byzantins, il cite celle du Hazār Afsāna ou Alf H̲urāfa, c'est-à-dire les Mille Contes. Toujours en ce xe siècle, Ibn al-Nadīm (mort en 995) cite cette œuvre, confirme sa filiation persane et signale qu'al-Ǧahšiyārī (mort en 942) constitua un recueil inachevé de quatre cent quatre-vingts nuits (Alf Samar) utilisant des contes grecs, persans et arabes. Mais nous n'avons aucune certitude quant à la date de la traduction du Hazār Afsāna. On retient, à titre d'hypothèse, la seconde moitié du viiie siècle, époque au cours de laquelle, grâce à l'action des secrétaires d'origine persane, plusieurs textes, telles les fables de Kalīla et Dimna, furent accueillis dans la littérature arabe.

L'analyse interne permet de relever les apports successifs qui finirent par former l'ensemble actuellement connu. Le schéma narratif de base met en place deux thèmes majeurs : celui de princes désespérés par la trahison de leurs épouses, et celui d'une princesse reculant l'échéance de sa mort. C'est en fait l'ordre politique, religieux, voire social et économique qui est menacé par les égarements de la passion. Šahriyār, souverain de l'Inde et de la Chine, décide d'épouser chaque nuit une vierge et de l'exécuter au matin pour se venger de l'infidélité féminine. Šahrazād, Shéhérazade, fille de vizir, prend la parole pour détourner le roi de son dessein et sauver l'espèce humaine. Femme, extrêmement cultivée, affrontant le pouvoir du prince, elle ne cessera d'exprimer le désir face à une loi qui entreprend de le combattre.

L'apport original de l'Inde ne se limite pas à cette situation initiale. Une douzaine de romans, récits et contes, dont Le Cheval enchanté, Ḥasan al-Baṣrī, Qamar al-Zamān et Budūr, Ardašīr et Ḥayāt al-Nufūs, ainsi que plusieurs histoires mettant en scène un génie ou un ‘ifrīt composent une partie du substrat originel iranisé que les Arabes connurent sous le nom de Hazār Afsāna. Seule l'étude attentive de la morphologie du conte, des situations, des éléments du merveilleux, des formules... permet de retrouver dans la version arabisée des références à l'Inde ou à la Perse. Ajoutons que des récits parfois longs se sont intégrés indépendamment du Hazār et à des époques différentes. Ainsi Le Livre de Sindibād (sanskrit Siddahpati ; forme syriaque répandue en Europe : Syntipas), ou des Sept Vizirs, est indien ; celui des Dix Vizirs est persan, de même que Sayf al-Mulūk et Badī‘at al-Ǧamāl. Attestés dans leur version originale, traduits, ils ont été peu à peu absorbés par les Mille et Une Nuits : la souplesse de leurs structures le permettait et toute œuvre apparentée pouvait venir les y rejoindre. L'influence hellénique n'est pas absente, bien qu'elle se fasse sentir plus subtilement par des détails ethnographiques, géographiques ou des conventions affectives. Le roman de Qamār et Halīma en est un exemple. Il est vrai qu'à partir du viiie siècle le monde grec pénètre la culture arabe avec la philosophie, la logique, la médecine et les sciences. Mais il faudrait aussi examiner plus attentivement les apports possibles des Mésopotamiens, des Babyloniens et des Hébreux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MILLE & UNE NUITS LES  » est également traité dans :

LES MILLE ET UNE NUITS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 966 mots

Les contes arabes anonymes connus sous le titre des Mille et Une Nuits (Alf layla wa layla) forment un ensemble des plus composites. À partir du noyau premier, d'origine persane (avec des emprunts indiens), traduit en arabe au viiie siècle, le texte s'est ramifié en s'adjoi […] Lire la suite

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transcription ou trahison ? »  : […] Parole vivante, le conte est inséparable d'un corps. Les intonations du récitant, le timbre de sa voix, ses silences et ses pauses, les accélérations brusques et les lenteurs calculées de la narration, les gestes qui prolongent le message, le dramatisent ou le nuancent, voilà ce qui fait le charme du conte, un charme si fort qu'il crée autour du récitant un véritable cercle magique. Dans la montag […] Lire la suite

DEUX ANS, HUIT MOIS ET VINGT-HUIT NUITS (S. Rushdie) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine PESSO-MIQUEL
  •  • 1 041 mots

Publié au Royaume-Uni en septembre 2015, Deux a ns, huit mois et vingt-huit nuit s (traduit de l’anglais par Gérard Meudal, Actes Sud, 2016) est le dixième roman de Salman Rushdie. Son intrigue peut être perçue comme une version pour adultes de Luka et le feu de la vie , son second conte pour enfants. Le roman s’ouvre sur une présentation des djinns, issus du monde arabo-persan qu’évoque le titre, […] Lire la suite

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 512 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'exotisme avant le romantisme »  : […] Il manque à la mode des chinoiseries cet ardent désir de délivrance des sens qui caractérise l'exotisme romantique : un âge intellectuel comme le xviii e  siècle admira surtout la civilisation raffinée des Chinois. On fit des Orientaux les porte-parole de la censure des mœurs européennes. On doit à un Italien, Giovanni Paolo Marana, l'invention d'un nouveau type de satire : L'Espion du grand seig […] Lire la suite

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quel devenir ? »  : […] Au terme de ce parcours, il apparaît que la littérature maghrébine de langue française, déjouant les sombres pronostics, a refusé de disparaître. Elle s'est entêtée à dire la réalité maghrébine, malgré des idéologies totalitaires au pouvoir qui entendaient restreindre considérablement la marge d'expression. Pour cela, elle a dû souvent s'expatrier pour se faire entendre. Sur le plan strict des écr […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 295 mots

Dans le chapitre « Naissance du théâtre »  : […] La naissance d'un théâtre de type occidental eut lieu au xix e  siècle, lorsque la culture arabe fut « agressée » (J. Berque) par la culture occidentale. Des Libanais et des Syriens chrétiens et bilingues, et par conséquent moins attachés aux valeurs anciennes, intègrent, dans les années 1840, le roman et le théâtre à la littérature arabe. Toutefois, ils craignent de trop innover, de peur de soule […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er février - 14 mars 2009 France. Grève générale aux Antilles

Le 5, une grève générale débute également à la Martinique: de quinze mille à vingt mille personnes manifestent à Fort-de-France contre la vie chère, à l'appel du Collectif du 5 février qui regroupe des syndicats et des associations. Le 5 également s'ouvrent à Pointe-à-Pitre des discussions entre le L.K.P., le patronat, les collectivités territoriales et l'État. […] Lire la suite

26 mars 1991 France. Violences à Sartrouville après la mort d'un Beur tué par un vigile

Les incidents se poursuivent les deux nuits suivantes, souvent provoqués par de jeunes « casseurs » venus de villes voisines.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « MILLE & UNE NUITS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mille-et-une-nuits/