DELLA ROBBIA LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille des Della Robbia offre l'un des plus remarquables exemples de continuité au sein du Quattrocento puisqu'elle compta quatre générations d'artistes qui consacrèrent leur activité à une même technique, celle de la sculpture en terre cuite émaillée (terracotta invetriata).

L'ancêtre, Luca di Simone di Marco (1399 env.-1482), avait connu d'abord des réussites éclatantes dans le domaine de la sculpture sur marbre (cantoria du dôme de Florence, 1431-1439, aujourd'hui au museo dell'Opera del Duomo ; médaillons pour le campanile, 1437-1439). Il fut aussi occasionnellement bronzier (porte de la sacristie des messes, Dôme de Florence). Mais, à partir de 1440, il se consacra principalement au modelage de grandes compositions en terre cuite recouverte d'émail vitrifié, ce qui leur assurait un éclat pratiquement inaltérable tout en les protégeant des injures du temps (Résurrection du Christ, 1443, Ascension, 1446-1450, pour deux tympans intérieurs du Dôme de Florence, Retable de la Crucifixion, Santa Maria dell'Impruneta). Il exécuta des sculptures polychromes de ce type pour deux des ensembles les plus prestigieux et les plus parfaits de la Renaissance florentine : la chapelle des Pazzi, à Santa Croce (médaillons des évangélistes) et la chapelle du cardinal de Portugal à San Miniato al Monte (médaillons de la Trinité et des Vertus cardinales). Mais de son officine (bottega) sortaient aussi d'innombrables sculptures de toutes dimensions, profanes ou religieuses, caractérisées par l'emploi d'émail blanc pour les figures et d'émail bleu pour les fonds, tandis que les guirlandes de feuillages et de fruits qui formaient souvent les encadrements étaient traitées « au naturel » (vert, jaune, brun, violet). Cette technique était appliquée à des objets parfois modestes, tels que des armoiries ou des tabernacles à usage liturgique, mais Luca n'hésitait pas à rivaliser avec la grande sculpture en marbre (Groupe de la Visitation, église San Giovanni Fuorcivitas à Pistoia) ou avec la peinture (Vierge à l'Enfant dite Tondo dei Cappucini, [...]

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Photographie

Luca della Robbia, détail de la Cantoria de la cathédrale de Florence, 1431-1439, marbre. Aujourd'hui au museo dell'Opera del Duomo, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Vierge de la Roseraie, L. Della Robbia

La Vierge de la Roseraie, L. Della Robbia

Photographie

Luca Della Robbia, La Vierge de la Roseraie. XVe siècle. Terre cuite polychrome vernissée. Musée national du Bargello, Florence, Italie. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher


Médias de l’article

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Vierge de la Roseraie, L. Della Robbia

La Vierge de la Roseraie, L. Della Robbia
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Adoration de l'Enfant, A. Della Robbia

Adoration de l'Enfant, A. Della Robbia
Crédits : De Agostini

photographie

L'Ospedale degli Innocenti, Florence

L'Ospedale degli Innocenti, Florence
Crédits : Bridgeman Images

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  DELLA ROBBIA LES  » est également traité dans :

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La majolique italienne »  : […] En Sicile et en Italie, comme en Espagne, l'art de la faïence à ses débuts est tributaire des civilisations du Proche-Orient et du Moyen-Orient. Les nombreux tessons à décor vert et violet trouvés à Orvieto et en maints autres lieux s'apparentent à ceux de Paterna, près de Valence, et peuvent également dater des xiii e et xiv e  siècles. La majolique italienne, faïence décorée au grand feu, devi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/#i_13909

LE PRINTEMPS DE LA RENAISSANCE. LA SCULPTURE ET LES ARTS À FLORENCE 1400-1460 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 033 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le goût de l’antique »  : […] Pour saisir pleinement les enjeux de la sculpture du Quattrocento florentin, il convient de l’apprécier sur place dans le triple cadre de l’œuvre (par exemple sur les faces d’un tombeau), de l’édifice (en décor intérieur ou extérieur) et du décor urbain (au cœur d’une place). L’exposition ne pouvait pas déplacer le monumental groupe équestre en bronze du Gattamelata (1453), par Donatello, sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-printemps-de-la-renaissance-la-sculpture-et-les-arts-a-florence-1400-1460/#i_13909

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « DELLA ROBBIA LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-della-robbia/