LES CHOSES DE LA VIE, film de Claude Sautet

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connu auparavant comme réalisateur de polars (Classe tous risques, 1960), Claude Sautet ne voulut pas se spécialiser dans les films d'action, et adapta en 1970 un roman de Paul Guimard, Les Choses de la vie (1967). Bien que le sujet principal puisse paraître d'une rare tristesse – il s'agit essentiellement de décrire la mort du héros –, le film rencontra un vif succès en France (terminant en huitième position du box-office), remporta le prix Louis-Delluc et relança la carrière de ses deux principaux interprètes, Michel Piccoli (qui devait tourner encore trois fois avec Sautet) et Romy Schneider (quatre fois). Pour Sautet, ce fut le début de la mésentente avec une partie de la cinéphilie institutionnelle française, qui vit en lui un cinéaste académique, bourgeois, étranger à l'officielle Nouvelle Vague, et n'en démordit plus. Pourtant, Les Choses de la vie met en œuvre une écriture cinématographique peu académique, en mélangeant des figures venues d'horizons esthétiques différents : le monologue intérieur du héros renvoie au film noir hollywoodien des années 1940 (Les Passagers de la nuit, Dark Passage, 1947, de Delmer Daves), l'usage du ralenti à Bonnie and Clyde (Arthur Penn, 1967), et la construction temporelle non linéaire au cinéma européen de la modernité (Le Voyou, 1970, de Claude Lelouch). Quant à l'inversion du sens de défilement de la pellicule, qui annonce ici que la narration repart en arrière, elle est encore plus rare (Claude Miller l'utilisera dans Dites-lui que je l'aime, en 1977). Sous le titre The Little Things in Life (« les petites choses dans la vie »), le film eut même quelque succès à Hong Kong, et impressionna durablement John Woo, futur auteur de Volte-Face (1997) et amateur lui aussi de violence filmée au ralenti. Plus tard, il donna lieu à un remake américain avec Richard Gere et Sharon Stone (Intersection, 1994, réalisé par Mark Rydell).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES CHOSES DE LA VIE, Claude Sautet  » est également traité dans :

SAUTET CLAUDE (1924-2000)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 497 mots

Dans le chapitre « Le choix du classicisme »  : […] Claude Sautet est né à Montrouge le 23 février 1924. En partie élevé par sa grand-mère maternelle qui l'emmène fréquemment au cinéma, il n'y découvre que des films peu adaptés à l'intérêt d'un garçon de sept ans, comme Le Roman de Marguerite Gautier ... De cette époque, il retiendra davantage les grands pique-nique familiaux dans la forêt de Sénart […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-sautet/#i_37140

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « LES CHOSES DE LA VIE, film de Claude Sautet », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-choses-de-la-vie/