LES CHOSES DE LA VIE, film de Claude Sautet

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les plaisirs minuscules

Un peu avant sa mort, en 2000, Claude Sautet décida de remonter quelques-uns de ses anciens films. Aux Choses de la vie, il enleva ainsi une minute et six secondes... Ce qui fit les frais de la coupe était un début d'explication du mal-être de Pierre. Car Pierre, c'est un fait, n'est pas satisfait. Il a de l'argent, un métier créatif, il va de femme en femme, toutes également belles, sensibles et intelligentes, la vie donc lui sourit et cependant quelque chose ne tourne pas rond. Bien sûr, il ne se suicide pas, il a un accident, mais tout de même, cet accident tombe à pic. Le passage supprimé par Sautet faisait dire à Pierre (à l'adresse d'Hélène) : « Je ne sais pas t'aimer, je ne sais pas te parler... Je vais partir » – avec l'ambiguïté que suppose le verbe partir (rompre ou mourir)... N'y avait-il donc que cette difficulté des couples à communiquer, chère à Antonioni, pour moteur de son malaise ? Fumer sans cesse, se fâcher absurdement, sembler toujours lointain, désengagé de l'instant, en proie à de mystérieux remords, tout cela pour une question de langage ? Il est permis d'en douter. La Grande Bouffe (1973) de Marco Ferreri, toujours avec Piccoli, proposera plus tard une variation d'un autre genre sur ce mal-être des gens « arrivés ».

Doit-on penser, finalement, que ce sont des velléités transcendantales qui préoccupent le héros ? Le film en tous cas nous en détourne en mettant l'accent – comme son titre l'indique, et plus encore son titre de Hong Kong – sur les « plaisirs minuscules ». Un verre de Pacherenc, une balade en voilier, un matin où Hélène plante des neigeuses dans son chignon avec des gestes de chatte qui s'étire, le souvenir des jours heureux dans le regard d'un fils qu'on ne reconnaît plus... Ces vignettes, Pierre s'en rend compte en mourant, constituent l'essentiel de ses jours quand il pensait sur le moment qu'elles n'en étaient que l'écume.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LES CHOSES DE LA VIE, Claude Sautet  » est également traité dans :

SAUTET CLAUDE (1924-2000)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 497 mots

Dans le chapitre « Le choix du classicisme »  : […] Claude Sautet est né à Montrouge le 23 février 1924. En partie élevé par sa grand-mère maternelle qui l'emmène fréquemment au cinéma, il n'y découvre que des films peu adaptés à l'intérêt d'un garçon de sept ans, comme Le Roman de Marguerite Gautier ... De cette époque, il retiendra davantage les grands pique-nique familiaux dans la forêt de Sénart, que l'on retrouvera dans les fêtes et les réunio […] Lire la suite

Les derniers événements

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le 15, le Parlement adopte définitivement le projet de loi « portant reconnaissance de la Nation envers les harkis et les autres personnes rapatriées d’Algérie anciennement de statut civil de droit local et réparation des préjudices subis par ceux-ci et leurs familles du fait de l’indignité de leurs conditions d’accueil et de vie dans certaines structures sur le territoire français ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « LES CHOSES DE LA VIE, film de Claude Sautet », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-choses-de-la-vie/