LÉPIDOPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Papillon héodes

Papillon héodes
Crédits : Pal Hermansen/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Homochromie chez un papillon

Homochromie chez un papillon
Crédits : Art Wolfe/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Chenille de papillon

Chenille de papillon
Crédits : Cathy Keifer/ Shutterstock

photographie

Chrysalide

Chrysalide
Crédits : Art Wolfe/ Stone/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Éthologie

Mode de vie des adultes

À l'exception des Microptérygidés qui mangent les grains de pollen des Renonculacées, tous les papillons prennent une nourriture liquide (nectar des fleurs, liquides sucrés ou non). La plupart des espèces se posent pour butiner, mais quelques-unes (Macroglossa, etc.) s'immobilisent en vol devant une fleur dans laquelle pénètre la trompe qui est extrêmement longue. D'autres espèces, à trompe atrophiée, ne prennent pas de nourriture à l'état adulte (Euproctis, Orgya antiqua, Malacosoma neustria, Cossus cossus...). Le rythme d'activité des papillons est des plus variables selon qu'ils sont diurnes, crépusculaires ou nocturnes ; leur attitude au repos est d'ailleurs caractéristique ; les premiers maintiennent leurs ailes relevées verticalement de telle sorte qu'on ne voit que leur face inférieure, les autres ont leurs ailes étalées à plat sur le support ou en toit. Certains papillons présentent une curieuse ressemblance avec les objets sur lesquels ils se posent (homotypie) comme le Gastropacha quercifolia qui a l'aspect d'une feuille morte et se voit difficilement sur les troncs d'arbres. Un cas de mimétisme très curieux est celui qui existe entre deux espèces de Lépidoptères appartenant à deux groupes taxinomiques différents mais vivant en un même milieu et volant ensemble. Les espèces mimées (généralement défendues naturellement contre les prédateurs par leurs sécrétions nauséabondes) appartiennent aux Danaïnés (exemple Danaus chrysippus ) ; les espèces mimantes qui se mêlent à elles en petit nombre et profitent de leur protection appartiennent aux familles les plus diverses (exemple Hypolimnas nisippus, Nymphalidés).

En revanche, le dimorphisme sexuel est très fréquent chez les Lépidoptères. Parfois étendu à l'ensemble du corps et en particulier aux coloris des ailes, il se limite souvent à des différences subtiles (glandes odoriférantes, morphologie antennaire), jouant néanmoins un rôle important dans l'attraction des sexes. La sécrétion de substan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÉPIDOPTÈRES  » est également traité dans :

MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA (1647-1717)

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Son voyage scientifique et son apport majeur à l’entomologie »  : […] En 1685, Maria Merian quitte Francfort et son mari, et, accompagnée de sa mère et de ses deux filles, rejoint Caspar Merian, son demi-frère, dans la communauté pieuse et monastique des labadistes (secte anabaptiste créée par Jean de Labadie), au château de Waltha dans la Frise (république des Provinces-Unies). Après la mort de son frère et de sa mère, elle va s’installer à Amsterdam en 1691. En 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-maria-sibylla-merian/#i_7790

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones sexuelles d'insectes »  : […] Chez les lépidoptères, de mœurs crépusculaires ou nocturnes, la phéromone sexuelle est produite par la femelle vierge à un moment précis du nycthémère : c'est le comportement d'appel . Cette période d'émission correspond à celle où les mâles sont les plus réceptifs à la perception de ce message chimique, grâce à des récepteurs spécialisés situés sur leurs antennes. Il en ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_7790

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 326 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Mise en évidence »  : […] Que certains génotypes soient moins aptes que d'autres à survivre et à laisser une descendance est bien évident, pour l'espèce humaine, dans le cas des tares héréditaires graves telles que l'achondroplasie, l'idiotie amaurotique ou l'hémophilie. Chez toutes les espèces, on connaît également de nombreux gènes, souvent récessifs, qui sont qualifiés de létaux ou de sublétaux parce qu'ils interdisent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polymorphisme-biologie/#i_7790

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 740 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les trogloxènes »  : […] Considérés à l'origine et par Racovitza lui-même comme des animaux « égarés » dans le milieu souterrain, les trogloxènes ont fait l'objet d'études de plus en plus systématiques qui ont permis de définir avec précision leur situation écologique très particulière. Dans la classification de M. Pavan (1950), les trogloxènes sont définis comme des formes qui peuplent par hasard le milieu souterrain et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speleologie/#i_7790

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « LÉPIDOPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepidopteres/