MOZART LEOPOLD (1719-1787)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur et théoricien allemand né à Augsbourg, Leopold Mozart est d'abord passé à la postérité comme le père de Wolfgang Amadeus, à la fois pour le rôle de maître et de mentor qu'il joua pour lui dans sa jeunesse et pour les différends qui les opposèrent plus tard. Au collège des jésuites de sa ville natale, il reçoit une solide formation humaniste et, sur le plan musical, de violoniste et d'organiste ainsi que de théoricien. Entré comme violoniste et comme valet de chambre au service du comte de Thurn-Valsassina et Taxis en 1740, il devient grâce à lui quatrième violon de la chapelle du prince-archevêque de Salzbourg en 1743, puis compositeur de la cour et de la chambre en 1747, et enfin second maître de chapelle en 1756. Sa réputation s'étend avec la parution de son Essai d'une école fondamentale de violon (Versuch einer gründlichen Violinschule, 1756). Ayant reconnu vers 1760 le talent, pour ne pas dire le génie, de son tout jeune fils (né en 1756), il consacre à sa formation le meilleur de son temps, et entreprend dès 1763, avec lui, son épouse et sa fille, une tournée à travers l'Europe, qui durera près de quatre ans. Trois voyages en Italie suivront encore (1769-1773), sans parler des séjours à Vienne. Quand Wolfgang, en 1777-1778 (voyage à Mannheim et à Paris), puis en 1781 (installation à Vienne), manifeste clairement sa volonté d'indépendance, ses relations avec Leopold, demeuré à Salzbourg, se tendent, moins d'ailleurs sous le signe de la mauvaise volonté que d'une profonde incompréhension. Il passe ses dernières années à Salzbourg en compagnie de sa fille (sa femme est morte à Paris en 1778), s'y consacre entièrement à ses charges (sans avoir jamais accédé aux toutes premières), et y meurt quelque peu aigri.

Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, Carmontelle

Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, Carmontelle

photographie

Louis CARROGIS dit CARMONTELLE, Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, 1764. Aquarelle, crayon et sanguine, 30,1 cm × 17,5 cm. Musée Condé, Chantilly. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

On lui doit une grande quantité de musique instrumentale et vocale où se mêlent traits baroques et préclassiques. La Symphonie des jouets (Kindersymphonie, vers 1760), longtemps attribuée à Joseph Haydn, est, selon toute probabilité, l'œuvre de Leopold Mozart. Quant à sa méthode de violon, elle fait partie des écrits théoriques de base de l'époque : tout en transmettant aux violonistes allemands l'art d'artistes italiens comme Tartini ou Locatelli, elle apparaît fortement influencée par les traités écrits respectivement par Quantz (1752) et par Carl Philipp Emanuel Bach (1753) pour la flûte et le clavier, et témoigne, de la part de son auteur, d'une connaissance étonnante de théoriciens anciens comme Glareanus, Reisch et Gaffurius (fin du xve siècle et début du xvie).

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOZART LEOPOLD (1719-1787)  » est également traité dans :

MOZART WOLFGANG AMADEUS

  • Écrit par 
  • Jean-Victor HOCQUARD
  •  • 4 605 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'enfance (1756-1778) »  : […] Dès l'âge de trois ans, Wolfgang manifeste, outre une puissance exceptionnelle de concentration, des dons musicaux remarquables : justesse absolue d'oreille et mémoire prodigieuse. Son père, Leopold (1719-1787), sévère mais excellent pédagogue musical, entreprend son instruction. On lui a reproché d'avoir exercé sur son fils une influence conservatrice et retardatrice ; mais Wolfgang sut faire la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-amadeus-mozart/#i_22372

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « MOZART LEOPOLD - (1719-1787) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-mozart/