FREED LEONARD (1929-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'introduction de son livre sur l'univers du mouvement religieux des Hassidim, La Danse des fidèles (2001), Léonard Freed se présente comme un juif agnostique. Cette distance apparente à des sujets qu'en réalité il explore en profondeur, le photographe américain la souligne à plusieurs reprises dans les ouvrages dont il signe le texte et commente abondamment les images, dans la tradition du photojournalisme.

Né le 23 octobre 1929 à Brooklyn de parents russes immigrés, Leonard Freed est un lycéen plutôt paresseux, épris d'une solitude que lui procurent le musée voisin du domicile familial et plus tard le premier musée, alors désert, de la fondation Guggenheim à Manhattan. Orienté vers des études en arts graphiques, le jeune homme trouve à exercer ses talents dans une imprimerie, qui lui confie la réalisation d'emballages de luxe, et consacre une partie de ses loisirs à peindre. C'est sans disposer d'un vrai métier qu'à vingt ans Leonard Freed décide de visiter l'Europe, ses hauts lieux et ses bas-quartiers, vivant des petits emplois ponctuels qui lui garantissent une existence précaire et la liberté. Dans ses bagages, un appareil de petit format 35 mm enregistre de temps à autre le souvenir du pays traversé, du Danemark à l'Italie et jusqu'en Afrique du Nord. Découvrant dans le métier de photographe de presse le moyen d'associer voyage et photographie, Freed décide de s'équiper d'un appareil professionnel d'occasion. C'est donc plus par opportunité que par vocation que commence une carrière de photographe, stimulée par la lecture du premier livre d'Henri Cartier-Bresson, Images à la sauvette (1952).

En 1955, rentré à New York riche d'un premier dossier d'images personnelles, le jeune voyageur décide de frapper fort. Il parvient à présenter son travail à Edward Steichen, alors directeur du département photographique du MOMA, qui lui achète trois tirages, obtient d'Alexey Brodovitch d'assister gratuitement à ses co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FREED LEONARD (1929-2006)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'eut le Suisse Gotthard Schuh. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_45395

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « FREED LEONARD - (1929-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-freed/