BURRI RENÉ (1933-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

René Burri est un des photojournalistes les plus prolifiques et les plus éclectiques du xxe siècle.

Né le 9 avril 1933 à Zurich, René Burri suit à partir de 1949 une formation à la Kunstgewerbeschule et se spécialise dans le cinéma. La bourse qu'il reçoit en 1953 lui permet de réaliser son premier documentaire sur l'école qui vient de lui décerner son diplôme. Son intérêt pour la photographie ne se manifeste qu'en 1955, au cours de son service militaire, quand il se familiarise avec l'emploi du Leica. Rendu à la vie civile, il trouve néanmoins un premier emploi comme caméraman pour les productions Walt Disney en Suisse.

La publication dans la revue Sciences et vie d'un reportage photographique sur l'éducation des sourds-muets marque en 1955 le début d'une carrière de photojournaliste. René Burri intéresse l'agence Magnum, dont il sera le correspondant de 1956 à 1958 à travers de nombreux reportages en Europe méditerranéenne, au Moyen-Orient et en Amérique latine où son importante investigation sur les gauchos fera en 1959 l'objet d'une publication remarquée dans la revue suisse Du. Sa période probatoire accomplie, René Burri est élu membre de Magnum en 1959. Ses reportages en Égypte, au Brésil et au Japon donneront pour cette seule année 1959 matière à publication dans les magazines d'information européens et américains, dont Bunte Illustrierte, Life, Paris-Match, Sunday Times et New York Times. Il entreprend en même temps son travail Die Deutschen sur la société allemande dont Robert Delpire concevra la première édition de 1962 pour l'éditeur zurichois Fretz & Wasmuth, avant de publier lui-même la version française, Les Allemands, l'année suivante.

À Cuba, la rencontre avec Fidel Castro, en 1963, lui donnera l'opportunité de réaliser un portrait de Che Guevara fumant le cigare, le plus célèbre après l'« icône » d'Alberto Korda. Le temps, la durée et la réflexion donnent à l'œuvre de René Burri une profondeur appréciée par la critique et le public dès sa première exposition personnelle, montée en 1967 par l'Art Institute de Chicago. Peu sensible à la dimension factuelle du reportage dont la presse de cette moitié du xxe siècle est encore friande, préférant les soldats à la guerre et les pauvres à la misère, Burri choisira durant toute sa carrière les sujets qu'il souhaite cerner sans hâte et dont émergent des photographies assez fortes pour les résumer à elles seules. Témoin d'événements qui ont touché la Corée, le Sud-Vietnam, le Proche et le Moyen-Orient, Burri s'attache à un état des lieux liés à l'histoire et à l'actualité, la partition de l'Allemagne et les reliefs du nazisme, la richesse des pays producteurs de pétrole, l'apartheid en Afrique du Sud, la métamorphose de la Chine, sujet du moyen-métrage The Two Faces of China (1965), réalisé dans la dynamique de la création de Magnum-Films. La jeunesse des Tiers et Quart-Monde, les enfants victimes de la catastrophe de Tchernobyl l'intéressent autant que les artistes qui marquent leur époque.

Picasso et Giacometti font partie, avec Le Corbusier, des grands modèles qu'il accompagne dans leur sphère intime et créatrice. Lui-même dessinateur et auteur de collages, René Burri ajoute à son œuvre de photojournaliste une production purement esthétique, notamment à travers ses nus et ses recherches sur l'architecture contemporaine. Élu président de Magnum France en 1982, il est l'artisan de l'exposition collective Terre de guerre consacrée aux conflits du Moyen-Orient. Son œuvre, qui reçoit en 1998 le prix Erich Salomon décerné par l'Association allemande de photographie, fait régulièrement l'objet de rétrospectives, notamment celles que lui consacrent la Maison européenne de la photographie à Paris en 2004 et en 2008 le centre culturel Borges de Buenos Aires. Les éditions Phaidon lui consacrent une imposante monographie en 2004 et publient Impossibles Réminiscences (2013), un livre entièrement consacré à son œuvre en couleurs. Soucieux de l’avenir de son œuvre photographique, il rassemble ses archives dans une fondation suisse à son nom et les dépose au musée de l'Élysée de Lausanne en 2013. René Burri meurt le 20 octobre 2014 à Paris.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BURRI RENÉ (1933-2014)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'eut le Suisse Gotthard Schuh. Aux États-Unis, Bill […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « BURRI RENÉ - (1933-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-burri/